AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Serpent Peut Vous Mordre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kuin Narash
Capitaine
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 28
Emploi : Pirate

Yoho !
Niveau:
15/100  (15/100)
Pouvoir:
Maîtrise/Kaizo:
2/5  (2/5)

MessageSujet: Le Serpent Peut Vous Mordre   Ven 3 Juin - 23:02

~Carte d'identité~

Nom : Narash
Prénom : Kuin
Surnom (facultatif) : La Reine Serpent
Age : 23 ans
Race : Hybride Serpent Blanc/ Humaine
Sexualité: Bisexuelle
Profession: Médecin
Ville/Île D'origine: Île d'Alroc
Pouvoir Dont Vous Rêvez: Pouvoir de Soin
Rêve: Avoir le Kaizo Ultime.

~Et le perso dans tout ça ? ~

Histoire (minimum de 10 lignes) :

Né par le sang.

Sur l’île d’Alroc, il existe une vieille, très vielle famille de hybride connue pour avoir été surnommée le clan des antidotes. Ce clan remonte à une époque ancienne, très ancienne pour ainsi dire les gens d’Alroc les considèrent comme les vrais habitants de l’île. Ils étaient connus pour être les grands médecins de l’île glacière.
C’était des hybrides serpents, des êtres humains qui étaient à moitié serpent, et grâce à leur connaissance des lieux et de leur compétence, l’esclavage, jamais ne les atteint. Le Clan Narash est un clan dit noble, et le gouvernement les reconnaît comme les souverains du village Hibe. On disait des gens de ce village qu’ils étaient nés dans le sang. Cette explication vient d’une ancienne légende disant que la naissance du premier être du clan Narash était à la suite d’un grand génocide pendant la guerre contre les démons. Le premier serpent, le père de la famille, Balthazar Narash est né d’un cadavre, gisant dans le sang de victime de ce massacre. Les années passèrent et le clan créa des méthodes de médecines basées sur les poisons que génétiquement les hybrides serpents avaient en eux.

C’est ce que me racontait ma mère. J’étais la fille de ce clan, l’unique de ma génération à être née hybride serpent et la seule à donc avoir les compétences qui me désignaient héritière du clan. Mon père devint donc le chef de ce clan, un vice-amiral connu de tous. Ethan Narash, grand médecin avait fait ses études sur l’île de Nii où il enseigna longtemps avant de se faire remarquer par sa force et ses réflexes.

Je grandis dans une atmosphère joyeuse au sein du complexe familial. En effet, notre clan spécial avait un domaine dans le village où nous vivions tous. Une partie était un laboratoire, une partie un hôpital. Ma mère fut ma tutrice pendant bien des années. Bien que je ne fusse pas une fille particulièrement intelligente, je compris rapidement le fonctionnement des poisons et des antidotes. Mais comme tous les enfants, je préférais jouer et m’amuser. Je découvris par ailleurs ma force supérieure aux humains moyens. En effet je m’amusais plus avec les hommes qu’avec les filles, ma force physique me donnait une égalité vis-à-vis d’eux. Mais je ressentais beaucoup le froid, comme tout le monde dans cette île. Alors j’usais d’un venin qui réchauffait le sang sur mes camarades. Notre famille étant connue, à l’époque personne ne se plaignait d’une quelconque morsure de serpent sur leur enfant.


« Maman, pourquoi je ne ressens pas la douleur ?
-Tiens comment ça ?
-Je me suis battue, et celui en face avait beau me taper je ne sentais rien… »


Ma mère m’expliqua qu’il existait les douleurs du cœur et que celles-ci sont pires et que je peux les ressentir, mais elle me dit que la douleur physique était inutile et ne pas la ressentir n’était qu’un avantage. Ce soir-là je me mordis dans le bras, le venin n’étais pas pris en compte par mon organisme, c’était comme mettre de l’eau dans mon sang. Je sentis une douleur physique pour une des premières fois. Je vis le sang couler et je trouvais ça beau, ce rouge, moi qui était si blanche. J’aimais le sang, sa vue, sa couleur, j’aimais le rouge, je ne savais pourquoi, comme si cela était dans mes gènes.

Tu deviens une femme

A mes 13 ans, tous les hybrides Narash avaient une cérémonie, une cérémonie qui marquait notre appartenance à un niveau supérieur de la médecine. Nos ancêtres pensaient que le venin pouvait guérir autant que tuer. Et ils trouvèrent le fonctionnement de nos crocs. Ma mère ainsi que tous les hybrides apprennent après nos treize ans à la création de glande de venin. En effet à la base nous en avions deux, un venin qui réchauffait le corps, et un de défense qui paralysait le corps. Maintenant les glandes artificielles étaient misent à la suite d’opérations.

A l’âge de 13 ans, on faisait une cérémonie où on nous posait notre première glande artificielle, ces glandes étaient destinées à nous donner plus de forces, plus de pouvoirs en quelque sorte. On m’installa celle destinée aux femmes, la glande d’Aphrodite. Une glande qui se plaçait près du cerveau reliée à nos crocs et qui nous permettait de donner des envies très fortes à nos cibles. Car la malédiction de notre clan était que les Narashs femmes faisaient des fausses couches énormément, ainsi pour espérer la continuité de la race nous nous devions nous reproduire très souvent.

Le soir même un homme du village avait été choisi pour être mon amant. Le jeune ne voulait pas d’ailleurs, et je dus le mordre, soudainement je le vis avoir un regard différent empli d’envie, il me retira ma virginité, mais à ma demande il ne fit pas à la fin ce qu’il aurait dû faire pour me mettre enceinte, j’aimais me sentir libre, je ne voulais pas être enfermée comme mère de famille, pas si tôt. J’appris par la suite à faire des glandes artificielles, mais je ne pouvais les essayer. Dommage ! Sauf un, un antidote créé par un ancêtre qui accélérait la régénération des cellules, par contre, elle fatiguant nos propres cellules à plus d’une utilisation par jour. Ainsi j’étais devenu une vraie Narash, la Reine Serpent.


L’Attaque.

Un vice-amiral, Ethan, mon père, ce bel et grand homme, je ne le vis qu’une fois. Il vint à la suite d’une invasion barbare de l’île d’Alroc, il me parla comme à une inconnue. Il était là pour protéger tout le monde, considérant qu’il le pouvait à lui tout seul. Mais finalement ce soir-là, moi, qui avait 15 ans fut violée et capturée sous les yeux des cadavres de mon clan.

J’appris plus tard en retournant sur Alroc, que cette attaque avait été un coup politique et qu’Ethan Narash avait déserté les Shirudos. Mais j’y reviendrai bientôt.



Un rêve ?

Je servis de jouet sexuel de la part d’hommes qui me jetèrent à la mer, pensant que j’avais un Kaizo. Les serpents nageant bien, je me retrouvais seule et nue dans les villes du royaume de Let. Je découvris rapidement un certain racisme encore inconnu envers les hybrides, ils le voyaient à mes yeux que je n’étais pas humaine, les gens avaient peur de moi et me craignaient une sensation horrible et nouvelle. La vie m’apprit à être un peu plus dure, je ne parlais plus depuis le viol et le massacre.

Pendant le temps où je fus objet sexuel, ils se permirent de m’agresser, et une glande aphrodisiaque se perça quelque peu, faisant de moi une femme avec de grandes envies sexuelles. Cependant aucun homme ne voulut de moi à cette époque. Seule une femme me prit sous son aile, une belle jeune femme qui m’initia aux plaisirs homosexuels. Je finis par vivre chez elle, quatre ans. Les journaux parlèrent alors de la mort d’un grand pirate. Je n’avais aucune affection pour ces êtres mais l’histoire du Kaizo ultime m’intéressait. Ma mère ne cessa de me répéter que j’étais destinée à soigner. J’étais un médicament vivant.

D’ailleurs je devenais une experte en création de glandes différentes. Ma compagne se sépara de moi car je ne cessais de lui demander de me maltraiter, j’aimais ça, je n’y pouvais rien. J’aimais sentir des coups ; j’aimais souffrir. Voir mon sang coulait m’excitait autant voire plus qu’une partie de jambe en l’air. Cela dégoûta Sarah qui me quitta, je retournais à Alroc, j’avais des économies en faisant de la médecine clandestine mais qui a connu un grand succès. Je vendais une solution aux couples grâce à mes aphrodisiaques, car bien que je m’équipe de moyen de donner des piqures aux patients, je créais aussi des médicaments.

Retournant sur l’île d’Alroc, je me dis qu’il fallait que je recommence le clan. Mais une nouvelle me fit changer définitivement de destin. Une vieille dame qui vivait dans notre village me vit et su. Elle me dit la vérité au sujet de l’attaque. Un seigneur avait besoin qu’Alroc le désigne comme chef et à l’époque son slogan portait sur l’insécurité, il usa donc de pirates pour attaquer le village. Les Shirudos refusèrent de prêter main forte au village vu qu’il s’agissait d’une opération de propagande allant en leur faveur. Mon père quitta les Shirudos pour aller protéger le village au péril de sa vie, cela rata. En comprenant ce coup monté, je me dis qu’il me fallait soigner ceux qui combattaient ces salauds. Je pris donc la mer à la recherche d'un équipage en tant que pirate. Mais étant une hybride je préférais penser à créer mon équipage, du moins on verra ce que cela donnera.


Liens Avec D'autres Personnages :

Psychologie du personnage (minimum de 5 lignes):

Je suis une grande femme indomptée, fin ils arrivèrent à une époque à me dompter, à m'apprendre le respect des autres, plutôt des maîtres. Mais je devins la maîtresse, l'imposante femme qui aime tant être soumise, battue au lit. Oui j'avais pris des habitudes plaisantes dans ma jeunesse et même maintenant que je suis en position de pouvoir, je n'arrive à me défaire de ces habitudes.
Oui j'aimais qu'on me tape, j'aimais qu'on soit violent avec moi, j'aimais la sodomie. J'avais pris un goût pour le bondage et le sado-masochisme incroyable. Pour tout dire, ayant une grande force et une grande résistance, je respectais ceux qui arrivaient à me faire mal. Pour résumer, la douleur est le meilleur moyen de m'intéresser. Pouvoir faire mal, très mal à un être humain et vous aurez une place dans mon coeur et sûrement dans mon lit. Pour moi la douleur est juste une preuve de votre affection, montrez de l'affection à celle qui sera votre capitaine. C'était un besoin, plus que le sexe.
J'adorais la douleur, la ressentir était quelque chose de magnifique, il m'est déjà venu des orgasmes alors que l'on me tapait.
Mais ne croyez pas que recevoir la douleur était un plaisir seulement pour moi. C'était aussi un puissant plaisir que de regarder les autres souffrir, et saigner, j'aimais la vue du sang, j'aimais voir des massacres autour de moi. Je crois que c’est ma moitié hybride qui me fait aimer la vue du sang, mais on raconte que notre clan est né dans le sang.

Je n'ai jamais eu l'habitude de ce qui était maquillage et les choses superficielles, en revanche j'ai une estime incroyable de ma personne et du coup, je hais les femmes plus belles que moi. Je me sens obligée de les mordre ou de les blesser pour ensuite les apprécier. Mon corps couvert de blessure sont pour moi les plus belles marques d'affection qu'on ait put me donner. J'adore la nature, j'adore les animaux avec qui j'entretiens des discussions grâce à ma race.

Je suis désolée, mais vous auriez aussi compris un point noir de ma personne, je suis une nymphomane assumée, depuis l'emplacement des poches de venins aphrodisiaques près de mon cerveau. Je pense que c'est également celui-ci qui me donnait du plaisir intense à la moindre douleur. Des que je vois un homme ou une femme qui me plait, j'ai besoin de me l'approprier, et qu'importe les résultats... Oui j'aime avoir l'attention totale à tous les niveaux...

Mais j'ai surtout pour but de soigner la plupart des maladies. Je veux trouver le kaizo ultime pour en terminer avec les êtres humains. Les hybrides et les forts survivront le reste doit disparaître.



Apparence (4 lignes) :

Inutile de le nier, je le sais, je suis une belle femme, tenant du serpent mon corps est souple, très souple et musclé. Cette avantage me donne une force incroyable qu'on ne pourrait croire en me voyant. Eh oui c'est bien connu les serpent ne sont que du muscle.
Me nourrissant d'êtres vivants, par habitude, mon corps y gagna une finesse assez jolie à regarder, cependant je ne suis pas squelettique ou maigre, au contraire. Je suis fière de mes belles formes. Je considère mon corps comme parfaite, j'ai une belle plastique et je ne le nierai pas.
Aimant la vue du sang, on peut voir pas mal de pansement sur moi, car si je ne vois pas assez de sang il m'arrive de me mordre pour voir du sang couler. Heureusement que le poison que mes canines injectent n'est pas dangereux pour moi.

Pour mes amants et amantes, il faut savoir que mes formes sont généreuses j'ai des seins fermes et surtout bien rond, facile a prendre en main. Mes seins sont très sensibles au toucher... Et mes fesses sont rondes sans être énorme et très très ferme...
En revanche ma peau, et à je suis heureuse d'être à moitié humaine, car au lieu d'écaille c'est ma peau douce et blanche qui recouvre ma peau, oui on pourrait croire à une albinos. Mes cheveux sont en effet tout blanc, et je porte une petite broche, un vieux cadeau de ma mère pour les décorer. C'était une fleur des neiges, une fleure rare et médicinale.

Mes yeux sont oranges, avec l'iris fine d'un serpent, mes pupilles verticales, ma langue bifide et très longue, ainsi que mes petits crocs, tout cela faisait de moi une femme serpent. D'ailleurs mes crocs je les avaient modifiés comme faisaient ma famille dans le village pour avoir un effet désiré. Nous avions tous changé nos poches de venins pour obtenir divers effets. Mon préféré est un puissant aphrodisiaque.
Quand vous êtes victimes de mes morsures, si le venin se répand en vous, vous en subirez les effets plus ou moins dangereux, puissant ou mortel de chacun.

Mes yeux de serpents sont assez sulfureux, ce doit être parce que la poche de venin de mon puissant aphrodisiaque est placé près du cortex qui s'occupe de la gestion des muscles et des expressions faciales. Ce qui rend mon regard et mon sourire tout autant charmeur que pleine d'envie perverse, du moins en apparence.

Niveau vestimentaire, je porte que des choses légères, rapide à enlever. Je n'aime pas les vêtements donc plus je peux me mouvoir facilement mieux c'est.

Armes/Style de Combat : (quelques lignes pour décrire)

Mon style de combat repose sur deux petites choses, ma force et mes crocs.
Ma force surhumaine me permet de fissurer un mur dans lequel je frappe, combinée à ma souplesse, j’arrive aisément à donner de grands coups à mes adversaires et à les immobiliser. Utilisant beaucoup de clé de bras au combat, j’immobilise ma cible pour le mordre et lui mettre un de mes poisons.
D’ailleurs mes poisons sont divers et variés et représente mes vraies attaques, en dehors d’un venin empoisonné que je crache, j’ai aussi diverses petites glandes que l’on m’a installée et que je me suis installée moi-même qui me permet d’user de différents effets. Ces effets peuvent booster les capacités comme au contraire paralyser la personne ou presque la tuer.


Code : CODE VALIDE PAR MJ

Test Rp (minimum de 20 lignes) :


J’étais à l’auberge du port d’Alroc, au sud, j’aimais sentir la douce odeur de la mer qui caressait mes petites narines. Ma peau blanche reflétait presque la lumière du soleil, moi qui dormais, toujours nue. Ce matin allait décider du début de ma vie en tant que pirate. Je sortis alors, comme une petite gamine, serrant les yeux et les poings, me redressant et baillant, le petit drap blanc couvrant mon corps. Je me levais alors, le drap si doux tomba à mes pieds, j’enfilais alors une robe turquoise mais un peu courte et des petites ballerines blanches. J’allais dans le hall où il y avait la possibilité de se nourrir. La patronne était la fille de la vielle qui me révéla la vérité sur mon village. Alors que je buvais un thé avec d’excellents gâteaux et que j’avais le droit à des regards de touristes, la vieille me regarda.

« Tu es sûre ? Tu sais ce que signifie être pirate.
-Il faut que je le retrouve, ce cristal, mon bateau soignera les gens en chemin. Fais-moi confiance la vieille. Les Shirudos ne me font pas peur. Seuls les forts resteront parmis nous. Un grand tri sera menée par moi la vieille, tu verras. »


Elle fit un signe de la tête, l’air de me dire qu’elle comprenait, je terminais alors mon petit déjeuner, lorsque j’allais pour payer, la vieille me dit que j’avais été une invité d’honneur et m’appela Kuin-sama, le vieux titre que j’avais il y a fort longtemps. Cela me rappela tant de souvenir tandis que je partis de l’auberge. Je devais trouver un bateau pas vrai ? Je marchais alors en direction du port, là je sentais les douces odeurs marines, le bruit des vagues et des mouettes qui ne cessaient de me faire répéter à moi-même que je faisais le bon choix. J’arrivais alors vers un vendeur au port. Je devais me payer un bateau.

« Bonjour mademoiselle ! Que cherchez-vous ?
-J’aimerais que vous me montriez des bateaux de types I.
-Intéressée par la navigation ? Une belle femme comme vous devrait s’acheter au moins du type II.
-Ne me racontez pas de sottise, tout ce dont j’ai besoin c’est un bateau de type I, pour quatre personnes, avec un équipement pour long trajet.
-Vous voyez les choses en petit… allez, je vous fais un type II au prix d’un Type I, j’ai un type II avec une superbe cuisine et de superbes chambres, juste la salle de bain laisse à désirer et il faudra faire de petits travaux à cause du bois utilisé.
-Très bien… je le prends. Quel est votre prix.
-Des brouilles, 12 millions de Pièce D’Or.
-Ahh… et si je vous donnais le domaine Narash ?
-Quoi ? Ce vieux tas de ruine ?
-Un lieu nommé historique qui est sous la protection financière du Furratonna Sekkai, autrement dit sans rien faire le gouvernement vous paie. L’acte de propriété est ici. »


Je sortis la feuille, il accepta et me donna le bateau. Il apprendra quelques mois plus tard que le papier donné disait que seul un représentant de la famille peut se montrer héritier de ce domaine et qu’il n’est achetable et vendable sous aucun prétexte. Je n’allais pas sacrifier mon domaine quand même. Je pris donc la mer, espérant trouver des personnes à recruter en chemin. Je me permis d’appeler mon bateau Sylvestre et ainsi je commençais ma carrière affichant fièrement mon jolly roger.


Spoiler:
 


Dernière édition par Kuin Narash le Dim 5 Juin - 0:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenn Cooper-Johnson
Pirate Légendaire
avatar

Messages : 523
Date d'inscription : 27/10/2010
Emploi : Pirate

Yoho !
Niveau:
99/100  (99/100)
Pouvoir: Kaizo Des Esprits/Poussée de l'éléphant
Maîtrise/Kaizo:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Le Serpent Peut Vous Mordre   Ven 3 Juin - 23:51

Encore une fois Bienvenue parmi nous !

Une Hybride !!! Cela fais plaisir d'en voir une seconde parce que je me sentais seule xD

En espérant que tu t'amusera bien parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuin Narash
Capitaine
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 03/06/2011
Age : 28
Emploi : Pirate

Yoho !
Niveau:
15/100  (15/100)
Pouvoir:
Maîtrise/Kaizo:
2/5  (2/5)

MessageSujet: Re: Le Serpent Peut Vous Mordre   Dim 5 Juin - 0:10

Fiche Terminée ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître Du Jeu
Admin
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 08/08/2010
Emploi : Maître tout Puissant!

Yoho !
Niveau:
500/500  (500/500)
Pouvoir: Tous
Maîtrise/Kaizo:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Le Serpent Peut Vous Mordre   Dim 5 Juin - 17:20

Validée niveau 15
Maîtrise de ton style: 2

Maîtrise au corps à corps: 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaizokuban.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Serpent Peut Vous Mordre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Serpent Peut Vous Mordre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un magnifique jeu qui peut vous faire pleurer....
» Ca peut vous interesser
» [T-Shirts] Est ce que cela peut vous intéresser ?
» Exposé sur le transport aérien du fret
» [Important] Bug du jeu qui peut vous bloquer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaizokuban :: ※Le Début Et L'Univers [HRP~RP]※ :: Présentations :: Fiches Validées-
Sauter vers: