AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yumeko [Finished]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yumeko

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 21
Emploi : Esclave

Yoho !
Niveau:
14/100  (14/100)
Pouvoir:
Maîtrise/Kaizo:
2/5  (2/5)

MessageSujet: Yumeko [Finished]   Mer 22 Juin - 20:36

Yumeko, yumemiru dake


Identité


Nom : Inconnu
Prénom : Inconnu
Surnom : Yumeko (l'enfant des rêves)
Age : Inconnu, approximativement 17 ans
Race : Humaine
Sexualité : Bi refoulée.
Profession : Esclave
Ville/Île D'origine : Inconnue
Pouvoir Dont Vous Rêvez : Télépathie ou Télékynésie
Rêve : Retrouver sa mémoire, sa famille...


Personnage


Histoire (minimum de 10 lignes) : Sur mon prochain post.

Liens Avec D'autres Personnages :
Hurricane Demetrius > Celui qui vient de la racheter, son nouveau maitre.

Psychologie du personnage (minimum de 5 lignes):
Yumeko. La tête perdue au-dessus des nuages, elle rêvasse sans arrêt. Moqueuse, ironique, espiègle, c'est une vraie gamine ! Boudeuse, têtue, elle aime faire tourner les gens en bourrique. Elle a besoin de faire des choses, de s'occuper constamment, pour ne pas déprimer dans son coin. Parfois solitaire, parfois amicale, elle est changeante. Lunatique et mystérieuse, personne ne sait plus d'où elle vient, comme si elle avait toujours été là. Joueuse, elle s'amuse d'un rien. Triste, quand elle pense à son passé mystérieux où à tout ce qu'elle a subit. Bien qu'elle ai eu du mal, elle accepte bon gré mal gré sa situation d'esclave sans trop rechigner. Active et combattante, elle n'en reste pas moins une gamine insolente et impertinente. Tantôt obéissante, tantôt non, elle n'en fait qu'à sa tête et c'est parfois à se demander comment elle fait pour rester en vie auprès de ses "maitres". En réalité, tout ceci n'est qu'une façade. Maussade et au fond du trou, elle n'a plus vraiment l'envie de vivre. Ses expériences dans le monde de l'esclavage ont fait d'elle une gamine perdue et détruite de l'intérieur. Sans savoir pourquoi, elle a une peur phobique du feu. Son plus grand rêve serait de retrouver sa famille et de savoir qui elle est vraiment.
Elle a aussi très peur de tout ce qui touche aux relations "intimes" à cause d'un ancien traumatisme. Et lorsqu'elle ne sait pas quoi faire, elle réagit toujours de manière violente et inconsidérée. Depuis toujours brutalisée, elle s'est créé une protection mentale, un bouclier, ou elle fait abstraction de tout. Son coeur brisé et mutilé enfermé dans une cage en béton armé... quoi.

[c'est pas mon truc ça...]

Apparence (4 lignes) :
Yumeko, une jeune fille d'environ dix-sept ans, mesure un peu plus d'un mètre soixante-cinq et pèse entre cinquante et soixante kilogrammes. Son visage candide et naïf est parfois le reflet de sa personnalité, parfois non. Son visage dont les traits fins révèlent toute sa féminité est expressif, en général. Ses yeux, enfin son oeil, est d'une couleur bleu-violet, très sombre en général, sauf quand elle est de bonne humeur. Son deuxième oeil est sous un cache-oeil, il est barré par une cicatrice : elle est borgne. Ses cheveux sont mi-longs, d'une couleur identique à ses yeux. Elle les attache très souvent derrière sa tête et ne laisse tomber que quelques mèches sur les côtés. Elle a aussi une frange. Enfin, elle sourrit peu et semble toujours triste, la tête ailleurs. On dit souvent que ça lui donne l'air "mignon". Mais par contre son sourire est souvent sadique ou moqueur. Parfois les deux. Faites attention, elle est capable d'utiliser tout et n'importe quoi pour se battre, mais surtout ses dents.

Parlons un peu de son corps. Elle est assez musclée, comme quoi le travail d'esclave sur un bateau, ça forge des muscles résistants. Toute fine, elle semble fragile au premier abord. Sa peau est très claire, et elle prend facilement des coups de soleil. Ses épaules sont droites, son dos légèrement cambré. Au niveau vestimentaire, elle prend ce qu'on lui donne, privilégiant les vêtements sombres et surtout légers. Ses vêtements sont généralements courts aussi. Elle possède un trident dont le manche est extensible (de ving centimètres à un mètre vingt) et elle le garde généralement sur elle. Elle est généralement pieds nus. Elle n'a aucun bijoux extravagants, et elle possède seulement un curieux médaillon. Véritable pile électrique, elle semble avoir un stock d'énergie inépuisable... jusqu'au moment où elle tombe de sommeil d'un coup.

[ouais la description physique, c'est pas mon truc non plus]

Armes/Style de Combat :
Son arme est un trident dont le manche est "étirable" de vingt centimètres à un mètre vingt. Sa spécialité au combat est l'agilité et la rapidité. Souple et pleine d'énergie, on pense souvent qu'elle se bat "n'importe comment". Son expérience des combats sut les bateaux a fait d'elle une véritable boule d'énergie. Sautant dans tout les sens, elle vous fait perdre la notion de pesanteur. Son style très "aérien" la fait bondir dans tout les sens, et elle attaque souvent par en haut. Pleine de ressources, elle est prête à utiliser n'importe quoi pour battre son adversaire, même si elle préfère utiliser les armes de ses adversaires ou ses dents. Elle a un style "acrobatique" et aime bien s'accrocher aux cordages pour se battre, maintenant son ennemi à distance avec son trident. Elle utilise aussi bien les pointes que le manche, assenant des coups douloureux.

Code : Validé par une Shirudo!

Test Rp (minimum de 20 lignes) : Sur le post suivant l'histoire.

To be continued in rp !



Dernière édition par Yumeko le Jeu 23 Juin - 20:19, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yumeko

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 21
Emploi : Esclave

Yoho !
Niveau:
14/100  (14/100)
Pouvoir:
Maîtrise/Kaizo:
2/5  (2/5)

MessageSujet: Re: Yumeko [Finished]   Mer 22 Juin - 23:40

History of my sadness life


Birth to Slavery


Citation :
Emilly Evans. 5 ans. Disparue.
Maria Evans. 35 ans. Corps retrouvé sur la plage.
Aymeryc Evans. 37 ans. Disparu.
Anabelle Stears. 15 ans. Disparue.
Anthony Stears. 34 ans. Corps retrouvé sur la plage.
(...)
La liste s'étendait encore. Encore et encore.

Citation :
L'épave du bateau transportant ces personnes a été retrouvée au large de (...)
L'homme sourrit et relut une dernière fois le rapport. Il alluma son briquet et y mit le feu. Jamais ils ne retrouveraient les disparus. Jamais.

*********

« Lorsque j'ai ouvert les yeux, j'étais sur un bateau. Je ne voyais rien, mais le balancement qui me donnait le mal de mer était certain. Aucun doute, j'étais sur un bateau. J'essayais de me relever, car j'étais allongée inconfortablement, mais des chaines me sciaient les poignets et les chevilles, et j'étais étrangement à bout de forces. Je refermais les yeux et essayais de réfléchir. Ma petite tête de l'époque ne comprenait rien à ce qui m'arrivais. Je pleurais, à chaudes larmes, sans savoir vraiment pourquoi. Sans savoir qui j'étais.

Qui suis-je ? D'où viens-je ? Où suis-je ?

Je n'en savais rien. Je pleurais encore. J'étais seule et perdue. Je m'abandonnais au sommeil. Je tremblais en silence, bercée par le bruit des vagues et par mes propres sanglots.

Je me réveillais un peu plus tard. Non, en fait, "on" me réveilla un peu plus tard. "On" me souleva par le col, et "on" m'emmena sur le pont, avec d'autres enfants. Je ne savais pas ce qui se passait, et je ne savais pas précisément ce qui me donnait à ce point des hauts-le-coeur, si c'était l'atroce balancement du bateau ou l'odeur de l'équipage. Je m'asseyais docilement à côté des autres et écoutais comme tout le monde les dires d'un homme habillé en marron. Je ne comprenais pas vraiment ce qu'il disait, aussi je demandais distraitement à mes voisins.

- Tu ne sais rien petite. Tu es jeune en plus... Ma pauvre...

Je demandais aux autres s'ils me connaissaient, je ne me souvenais de rien, rien du tout.

- Je te connais pas non. Tu as quel âge ? Cinq ou six ans hein... tu viens d'où ?

Je ne savais pas, du tout, je n'arrivais pas à m'en souvenir. Mes vêtements semblaient riches, ils étaient troués et déchirés par endroits.

- On vient tous de bateaux différents. On va être vendus.
- Vendus ? Mais...
- Ouais, c'est finis pour nous. On est des putains esclaves sur un putain de bateau marchand d'esclaves !

Un homme de l'équipage s'approcha et lui flanqua un coup de pied dans le flanc. Je retenais un hoquet horrifié. Ce garçon n'avait rien fait ! Il était un peu plus vieux que moi. Ma petite tête avait du mal à vraiment se rendre compte de ce qui nous attendait. Je pleurais encore. Je regardais autour de moi, le regard embué par mes larmes silencieuses. J'étais la plus jeune. Un homme se mit devant moi.

- Tu t'appelles comment ?
- Je... je sais pas... je sais plus...
- Gamine, je plaisante pas !
- Je... je suis désolée ! Je... je sais... vraiment plus...

Et j'éclatais en sanglots encore une fois. Le type s'éloigna en soupirant, j'étais seule au milieu du monde. Au milieu de nulle part. Seule. Je me mis à rêver éveiller. Et on finit par m'interpeler. Perdue dans mes pensées enfantines et naïves, j'avais perdu la notion du temps. Nous accostions.

Je suivis docilement les autres "articles à vendres" et nous descendîmes dans un petit village perdu. Je ne savais pas où nous étions, comme tout mes semblables. Nous étions en file indienne, encadrés par des hommes armés. Nous tous avions des chaines aux poignets et aux chevilles, nous nous déplacions par petits pas. J'avais peur. Très peur. On nous mit en lignes, puis les plus petits devant, et les plus grands derrière. Ils me firent assoir, comme tout les enfants présents.

Petit à petit, des gens arrivaient, attrapaient certains de mes semblables par le bras et les trainaient avec plus ou moins de gentillesse avec eux. Ils payaient, puis ils partaient. J'attendais. Puis un homme s'approcha de moi, me prit par le col et me souleva.

- Combien pour la petite ?
- Dix.
- Je donne cinq. Pas un de plus.
- Sept.
- Ok, Sept. Suis moi petite.

Et je retournais sur un bateau. Un bateau plein d'hommes et de femmes, hors la lois. Des pirates. »


Slavery to Fight.

« On m'appela Yumeko. L'enfant des rêves. En réalité, c'était juste parce que j'avais toujours la tête dans la lune, et que je rêvassais tout le temps. En raison de mon jeune âge, on me donnait des tâches simples. Je grandit sur ce bâteau, qui n'était pas trop sale. L'équipage était même assez gentil, et j'étais bien traitée. Je mangeais comme tout le monde. Je n'étais pas malheureuse. Mais je finis par grandir dans ce monde. Un monde qui n'est pas fait pour une enfant de mon âge... un monde d'adultes.

Je grandis. Personne ne savait quel âge j'avais, même pas moi. Mais je grandissais. Je restais deux ans, trois ans, quatre ans sur ce navire. L'équipage m'appréciait, et j'étais docile. J'appris peu à peu quelle était ma place exacte. Et je la respectais. Le respect se mérite. Telle était la devise de ce vaisseau. Et à mes yeux, ces hommes méritaient mon respect. Je n'étais pas malheureuse. Mais ce monde évolue. Un monde qui n'était pas fait pour moi... un monde de guerres.

Le bateau fut pris d'assault, par deux autres navires. Il prit feu, attaqué de deux côtés à la fois. Un matelot tomba à côté de moi, je pris son arme et défendit ma seule vraie vie. Le seul navire où j'aurais pu être relativement bien, et libre. Son arme était un trident étrange. Je le saisis à deux mains, et je me battis férocement. Mais ni moi ni mes anciens camarades ne purent y changer quoi que ce soit. Nous étions battus. Je perdis connaissance. Je perdis tout ce que j'avais. C'est à dire, pas grand chose.
Je me réveillais dans une cale malodorante, prise d'un affreux mal de crâne. J'avais mal. Mon bras droit avait été bandé rudimentairement, et mes autres blessures diverses ne s'en sortaient pas aussi bien. Je me redressais. Autour de moi se trouvaient des corps, plus ou moins vivants, et pas vraiment tous en bon état. J'apperçus de la lumière, et je me levais. En titubant, je rejoignais la lumière. La lumière venait d'une faible lampe à huile, et des anciens membres que je connaissais s'y trouvaient.

- Yumeko, tu es vivante... pauvre petite. Viens.

Cet homme qui ne m'accordait d'habitude qu'un regard de temps en temps, en vérifiant si je travaillais coreectement, cet homme là me prit dans ses bras et me berça un peu. Je m'abandonnais au sommeil dans ses bras rassurants.

Nous fumes tous réveillés au même moment. Un homme marchait bruyamment sur le plancher. Nous dumes nous lever, et on nous emmena sur le pont principal. Les deux navires qui nous avaient attaqués étaient côtes à côtes.

- Mes chers prisonniers.. vous voilà réveillés.

Comme tout mes camarades, je me tournais vers cet homme qui nous parlait. Je m'accrochais aux vêtements de celui qui m'avait bercé.

- Nous ne sommes que de piètres chasseurs de primes. Et vous êtes des pirates. Et eux...

Il désigna le bateau sur sa droite.

- Eux se sont des militaires. Vous voyez le genre ? Bien alors vous avez tout compris. En rang. Vous faites votre dernier voyage.

Nous étions perdus. Nous allions être tués, car nous étions des pirates. Ces phrases, tout l'équipage les récitaient dans leur têtes. On me fit sortir des rangs.

- Cette petite n'est pas pirate, c'est notre esclave. Ne la tuez pas. Je vous en supplie.

Ils semblèrent réfléchir. Puis on m'emmena à nouveau dans la cale. Je pleurais en tendant mes bras, désespérée, vers cet homme.

- Noooooooooooooooon !

Je ne les revis jamais. Moi seule survécut.

Je ne savais pas ce que j'allais devenir. J'attendis longtemps dans cette pièce sombre. On m'apportait un repas par jour, et deux fois à boire. J'avais faim et soif, mais j'étais intruse ici, indésirable. On me ramena dans un village, on me vendit. On me vendit encore.

Ne plus sentir le balancement du bateau sous mes pieds me fit un drole de choc. Je fus achetée par des fermiers. Quel changement par rapport à un bateau. Dans le traitement des esclaves surtout. Tout ce qui m'était familier avait disparu. J'étais perdue. Sur un bateau les esclaves sont assez libres, il est inutile de les entraver s'ils ne font rien de mal, car ils n'ont pas beaucoup d'endroits où aller. Ici, c'était différent. Nous avions tous un signe distinctif, et une chaine qui reliait nos chevilles. Je maudis le destin, je maudis mes propriétaires. Je vécu trois mois dans la souffrance. Je comptais les jours qui me séparaient de mes camarades. Je pleurais tout les soirs.

La ferme fit faillite, et je fus encore vendue. Je passais un an sur un navire pirate dont l'odeur et la fortune laissaient à désirer. Je fus encore vendue à un autre vaisseau. J'étais solitaire, mes rêves perdus. Je voulais retourner à ma prime enfance, celle dont je n'avais aucun souvenir. Je voulais une famille, et une vie paisible. Je travaillais dur. Mes pieds et mes mains étaient couverts d'ampoules, j'avais mal, mais je devais serrer les dents et continuer, si je voulais vivre. Une résolution prenait forme dans ma jeune tête. Vivre, vivre à tout prix. Mais cette résolution fut sévèrement ébranlées ce soir-là...

Je venais de finir de frotter le pont, chose parfaitement inutile puisqu'il se salissait à vue d'oeil. Vêtue de haillons, le visage suant et couvert de salissures, j'étais une ombre. Mais j'étais aussi la seule ombre féminine du coin, et l'équipage me dévorait des yeux toute la journée. Je n'y prêtais pas vraiment attention, d'ordinaire. Je me dirigeais donc vers "mes quartiers" c'est-à-dire un espèce de carré de tissus posé à même le sol, ou je dormais. Un homme m'attrapa le bras en souriant. Les autres souriaient aussi. Tous attendaient ce moment. Celui où l'un d'eux ferait le premier pas. Un second s'approcha plus rapidement, et il déchira mes vêtements. Je poussais un cri d'effroi et de surprise. L'horreur m'envahit. Je passais la nuit à me débattre vainement avec une quinzaine d'hommes.
Mais c'était impossible d'y échapper.
Cette nuit là, je perdis la seule chose qui me restait : l'envie de vivre.

Mais je survécus. Je ne sus trop comment. Je ne me sucidais pas. Je mangeais ce qu'on me donnait, c'est-à-dire par grand chose, mais c'était suffisant à ma survie.
Ce vaisseau-ci se fit attaquer à son tour, et il perdit. J'étais emmenée sur un autre vaisseau. Je m'accrochais à un dernier espoir, un dernier...

J'allais me battre. Pour ma liberté. »

Fight to Death

« Ce bateau était différent, encore plus. Tout s'y passait vite. Au regard assassin que je lançais à chaque membre de l'équipage, on répondait par une grimace. J'avais des envies de meurtres. Je voulais leur faire payer à eux, ce qu'on m'avait fait. Mon caractère avait beaucoup changé, et le propriétaire du vaisseau fit de moi une de ses combattantes. Enfin, la seule combattante féminine. Oh, certes je n'étais pas du niveau des autres, mais ils m'entrainaient afin que je le devienne. Enfin entrainaient... disons qu'ils "m'attaquaient" régulièrement afin que je progresse. Ils voulaient que je mette ma rage et ma haine au combat face à leurs ennemis. A côté de ça, j'étais bien traitée. Je n'avais aucun droit et peu de libertés, mais on me laissait trainer où je voulais et j'étais la bienvenue presque partout. Aucun membre n'avait d'idées malsaines envers moi, et ils me considéraient parfois comme leur égal. Parfois.

Ils ne me traitaient pas comme une moins que rien bonne a récurer le pont et à les soulager de leurs plaisirs limités. J'étais un matelot de bas étage comme les autres. De temps à autre on me confiait une tache importante, comme grimper sur la vigie et donner l'alerte en cas de danger. Des petits changements comme ceux-là tout simples, me rendaient un peu plus heureuse à chaque fois. Je n'étais pas une esclave insignifiante, je me faisais une place.

C'est à ce moment là que je développais ce qu'on appelle une personalité décalée. Face à tous, j'étais joyeuse, amusante, pleine de vie et d'entrain. J'étais heureuse, naïve et enfantine. Joueuse, gamine, espiègle, je prenais ce caractère devant tout le monde. Mais au fond, je m'emmurais. J'enfermais mon coeur à double tour, en espérant ne jamais avoir à le ressortir. Et je rêvais de retrouver ma famille, celle dont je n'avais aucun souvenir.

Je bondissais de combat en combat, d'aventure en aventure. Véritable boule d'énergie, je rattrapais mes camarades. Ils finirent par abandonner l'idée de m'habiller "décemment" puisque je n'avais pas besoin de beaucoup de tissus pour me battre, et que je finissais toujours par les déchirer, de colère ou de maladresse. J'abandonnais aussi l'idée de mettre des chaussures. En grimpant aux cordages, j'en perdais toujours une dans l'eau. J'étais devenue adroite, agile, et même musclée.

Mais un jour encore, car la vie d'un pirate n'est qu'une succession d'affrontements, ce que je commençais à croire, un vaisseau plus fort eut raison de nous. Je ne sais pas encore aujourd'hui si je dois appeler ça de la chance ou de la malchance, mais je survécus. Le combat fut rude. Les meilleurs de mes "alliés" périrent. Je ne m'en sortais que grâce à une chance inouïe, ou une malchance inouïe, qui me permit d'assister à la mort de mes camarades. Par pur sadisme sans doute, un "ennemi" me garda dans ses bras, blessée et immobilisée, un oeil barré par une blessure à vif qui me brûlait. Les larmes qui en coulaient ne faisaient que plus mal. »

Never shall we die ♫

« ... »

To be continued



Dernière édition par Yumeko le Jeu 23 Juin - 6:31, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yumeko

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 21
Emploi : Esclave

Yoho !
Niveau:
14/100  (14/100)
Pouvoir:
Maîtrise/Kaizo:
2/5  (2/5)

MessageSujet: Re: Yumeko [Finished]   Mer 22 Juin - 23:42

Test RP


A Song Who Resonates


Non. Ce matin-là, rien n'allait. Cette chanson me résonnait dans la tête.
Yo-Ho, All Hands. Mes mains essayaient de se concentrer sur leur travail. Mais rien n'y faisait. Never Shall We Die. Oh comme j'aurais aimé être déjà morte depuis longtemps ! La souffrance d'être en vie, c'était ce que je ressentais. Etre en vie alors que tout les autres sont morts. A quoi bon créer d'autres liens ? A quoi bon essayer de se trouver des amis ? Des camarades ? Puisqu'au final nous retournons tous à la poussière. Nous savons tous où nous allons finir. Alors ce qui doit être intéressant c'est la période avant la mort. La vie. C'est dans la mort que la vie prend tout son sens. J'ai déjà vu la mort, de mes yeux. Par réflexe, je portais mes doigts contre le cache-oeil sur mon visage. J'avais perdu un oeil. Tout réapprendre. Saviez-vous que perdre un oeil change votre perception des distances ? Ca a été un dur entrainement pour retrouver mon adresse d'antan. Hoist the colours hight. Je souriais et me dirigeais vers le bord du bâteau. J'avais passé ma vie sur un vaisseau, sur beaucoup de vaisseaux. C'est le destin des esclaves. Parfois ma mère et mon père me manquent, mais je ne me souviens pas d'eux. C'est un sentiment étrange. Mon coeur se resserre quand je pense à qui ils auraient pu être. N'importe qui. J'aimerais tant savoir qui je suis. Ou plutôt... qui j'étais. Parce que maintenant je ne suis qu'une esclave, une marchandise sur un bateau pirate.

La terre se profilait à l'horizon. Quelle terre, ça je n'en savais rien. On n'avait jamais jugé ça utile de dire aux esclaves les différentes destinations du vaisseau. On ne savait pas non plus quel "travail" effectuait le vaisseau. Les petits papiers d'un navire ne concernent que son équipage. Pas les objets. Néanmoins j'aimais bien être sur un bâteau, au vu de mon court séjour sur la terre ferme. Les esclaves de pirates sont plus libres de leurs mouvements. On ne risque pas de s'enfuir à la nage en même temps. Rares sont ceux qui ont essayé et encore plus rares ceux qui ont réussi. Aussi je pouvais me balader où je voulais - enfin presque - quand j'avais du temps libre. Ce que je préférais, c'était grimper aux cordages et observer l'horizon. Et c'est là que je me trouvais. Un matelot posait un regard entendu sur ma personne. Il veillait à-ce que je ne plonge pas et rejoigne le morceau de terre à la nage, ce qui aurait été faisable par ici.

- Yumeko !

Je me laissais tomber, en arrière, les jambes accrochées dans les cordes. La tête à l'envers, je regardais l'homme qui m'appelait. Je lâchais les cordages et me rattrapais sur mes jambes, regardant l'homme.

- Aujourd'hui tu viens avec nous.

Un mauvais pressentiment m'assailli. On débarquait rarement les esclaves... a part pour les vendre.


Hoist the Colours !


And some were die, and some were alive. Je les suivais donc, sur la terre ferme. Ca faisait bien des années que je n'avais pas posé le pied sur quelque chose qui ne tangue pas. Un homme à mes côtés gardait mon trident, car sait-on jamais, j'aurais pu m'enfuir avec. Nous avions traversé la moitié du village et on me dit de m'assoir contre un mur, et j'obéissais. J'avais une chaine au poignet qui me reliait à celui qui avait été désigné comme mon tuteur de l'occasion. J'attendis simplement. Je dévorais mon arme des yeux, en me disant qu'il aurait été si simple de tout arrêter maintenant en m'enfuyant. Mais j'avisais aussi que je n'avais jamais vécu que comme esclave. Je n'étais rien. Rien du tout. Mon regard d'habitude amusé et curieux se mua en une féroce rage. Je bouillais intérieurement, immobile contre le mur.

- Combien ?

Mon geolier sourit, dévoilant des dents jaunies.

- Trente.
- Vingt.
- Trente, pas moins.
- Vingt-huit, avec le trident.
- ... ok.

J'avais pris l'habitude de ce genre de marchandages, et plus je grandissais plus je prenais de la valeur. Je ne savais pas vraiment si je devais être flattée ou non. L'acheteur récupéra mon arme et me fit suivre. Je lâchais un dernier regard vers l'équipage que je quittais, le coeur lourd de regrets. Ma vie était monotone, achetée, vendue, achetée, vendue. C'était ainsi tout le temps. Régulierement nous essuyons des attaques, puis quand nous perdions nous étions tous fait esclaves, et finalement je ne changeais pas d'un vaisseau à l'autre. Ils n'étaient pas tous pareils, certains mieux que d'autres.

- C'est ton arme ça ?
- O... oui.
- Peuh, une gamine qui se bat, on aura tout vu. Ces gens ne savent pas à quoi servent les femmes...

J'avalais ma salive et me stoppais net. Je n'avais pas du tout envie de finir dans le lit d'un pirate. J'y avais échappé depuis cette fois... je tirais sur la chaine.

- Je combat. C'est tout.

J'étais certes une gamine impertinente et parfois irrespectueuse, mais personne n'est parfait dans ce monde. Il me frappa violement et je me relevais, indifférente, essuyant le sang qui coulait d'entre mes lèvres.

- Tu combattras pas longtemps salope. Tu es tombé sur plus fort que toi.

NON ! Je ne voulais pas le suivre, je me débattis. Je le frappais. Il me colla contre un mur.

- Tu tiens vraiment à avoir mal toi.
- Combien ?

Il se retourna. Un homme lui faisait face, un peu plus grand, blond, avec un cache-oeil.

- Trente-cinq.
- Ok.

Il haussa les sourcils, prit l'argent et laissa le trident par terre. Je le récupérais en le serrant contre moi. L'inconnu me tira avec lui, vers son bâteau.

- Tu t'appelles ?
- ... Yumeko.
- Ok. Enchanté. Appelle moi Capitaine. Capitaine Hurricane Démétrius.
- ... oui.

La vie n'est qu'une succession d'évènements. A quoi bon créer des liens, puisque nous finirons tous de la même manière ? A quoi bon créer des liens, car l'un des deux finira un jour sa vie avant l'autre... c'est ce que je croyais.

Never Shall We Die... ♫

To be continued



Dernière édition par Yumeko le Jeu 23 Juin - 20:17, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ema S. Jenskins
Première Classe
avatar

Messages : 1232
Date d'inscription : 31/03/2011
Age : 24
Localisation : Quelque part ... [ Peut-être dans les bras de Nijiko, qui sait? ]
Emploi : Shirudo, première Classe!8)

Yoho !
Niveau:
18/100  (18/100)
Pouvoir:
Maîtrise/Kaizo:
2/5  (2/5)

MessageSujet: Re: Yumeko [Finished]   Mer 22 Juin - 23:45

Bienvenue Yumeko \o/

Merci de prévenir quand tu aura fini ta fiche ~ N'oublie pas de mettre un avatar ;3

Le Test RP c'est toi qui l'invente, c'est aussi un moyen pour avoir des niveaux en plus x)

Bref si tu as des questions n'hésite pas!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaizokuban.forumactif.com/
Yumeko

avatar

Messages : 76
Date d'inscription : 22/06/2011
Age : 21
Emploi : Esclave

Yoho !
Niveau:
14/100  (14/100)
Pouvoir:
Maîtrise/Kaizo:
2/5  (2/5)

MessageSujet: Re: Yumeko [Finished]   Jeu 23 Juin - 20:19

J'ai l'honneur et la chance de vous annoncer que ma présentation est terminée ! J'espère que ça conviendra =) ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shin Kagutsuti
Admin/ Pirate Légendaire
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 20/09/2010
Age : 49
Localisation : Sur Les Eaux
Emploi : Pirate !

Yoho !
Niveau:
100/100  (100/100)
Pouvoir: Maîtrise du Feu Épée Ares
Maîtrise/Kaizo:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Yumeko [Finished]   Jeu 23 Juin - 21:43

ça va bonne fiche, je te valide en tant qu'esclave cependant comme tu te bas, je te mets niveau 14 avec une maîtrise de 2 au trident.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yumeko [Finished]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yumeko [Finished]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Projet] Touhou MTG (MTGT Project) version 4.1 (SUSPENDU !)
» ❝ CHAE IN ❞ let's party on; (finished)
» [Jeu] Charisme gradiant de vos personnages préférés en image
» Saikyou Beauty (Not Finished)
» Packs Wallpapers Touhou ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaizokuban :: ※Le Début Et L'Univers [HRP~RP]※ :: Présentations :: Fiches Validées-
Sauter vers: