AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dastan Zelgadis - Semi démon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dastan Zelgadis
Pirates


Messages : 268
Date d'inscription : 19/06/2011
Emploi : Navigateur, Pirate

Yoho !
Niveau:
20/100  (20/100)
Pouvoir:
Maîtrise/Kaizo:
1/5  (1/5)

MessageSujet: Dastan Zelgadis - Semi démon   Mar 21 Juin - 19:29



~Carte d'identité~

Nom : Zelgadis
Prénom : Dastan
Surnom (facultatif) : Black Shadow ou L'ombre noire, son nom de chasseur
Age : 27 ans
Race : Hybride Hyô (panthère donc)
Sexualité: Hétérosexuel a preuve du contraire
Profession: Navigateur, pirate. A été acrobate, voleur, assassin et ex-Gin
Ville/Île D'origine: : Royaume de Nîi
Pouvoir Dont Vous Rêvez: Tout ce qui peut toucher l’ombre et la mobilité. Ombre, ténèbres, invisibilité, téléportation, traversée des matériaux ou même vitesse, etc
Rêve: Vivre libre et comme il lui chante. Il se prive pas d’ailleurs pour le faire en ce moment même.

~Et le perso dans tout ça ? ~

Histoire (minimum de 10 lignes) :

Par ici

Liens Avec D'autres Personnages :

Anya - hybride Kitsune - Amie d'enfance de Dastan - Gin
Description : Belle, charismatique, intelligente et maline. Anya a toujours été dans le trio la tête pensante. Toujours a profiter des deux autres pour les taquiner autant que possible. Elle aime Kiba tout autant que Dastan, Même si, elle s'est beaucoup intéressée au cas de ce dernier pour ce qui lui était arrivé. A leur rencontre avec Angela, Anya fut violer et tuer par elle. Mais Angela dans sa rage envers Dastan, la ressuscita pour l'utiliser comme outil de vengeance. Dastan & Kiba la croient bien évidement morte.
Vous êtes libres d'imaginer la manière dont elle est utilisée par Angela (mémoire oubliée, dette de vie, etc ... )
Idée d'avatar : Horo

Kiba - hybride Inu - Ami d'enfance de Dastan - Shirudo
Description : Robuste, habile, pisteur et tireur d'élite. Kiba était le pilier porteur du groupe, il a toujours été celui qui soutenait les deux autres. Il aime Anya bien plus que ne le voudrait un simple lien fraternel. De ce fait, il voit en Dastan un certain rival, mais l'aime comme un frère. Après la mort d'Anya par Angela. Kiba profita de la confusion causé par Dastan pour s'enfuir. Il ne peut que réprimer une certaine haine envers lui pour n'avoir rien fait pour sauver Anya mais aussi le fait qu'il soit en réalité un démon. Sa loyauté et son sens du devoir le fit entrer chez les Shirudos. Il ne sait pas ce qu'il est advenu de Dastan, tout comme il ne sait pas que Anya est encore envie ...
Idée d'avatar : Inuyasha

Nero Angela - Humaine - Chef des Gins
Description du personnage prédef
Concernant Dastan : Elle hait Dastan où plutôt le démon Hadès qui est en lui. Elle le traque pour s'en emparer mais également pour se venger de l'humiliation qu'il lui a fait subir.

Sinon je suis ouvert a toute proposition ^^

Psychologie du personnage (minimum de 5 lignes):

Dastan est un homme tourmenté, ou plutôt même damné. Il le sut dès que le démon qui le possède aujourd'hui était entré en lui. Cela eut beaucoup de conséquences sur lui-même ainsi que sur son entourage. Le poids de cette responsabilité est lourd pour Dastan. Une responsabilité qui l'a quelque peu enfermé par le fait de ne pas pouvoir en parler. Vu l'ancienneté du démon et des légendes allant jusqu'à douter de la véracité de leur existence, cela est même bien plus sage, sous peine de passer pour un fou. Ceci l'a rendu assez taciturne et solitaire, ou du moins, bien plus qu'il ne l'était avant ce fameux évènement. Ses nuits sont de véritables cauchemar permanents où la mort y est omniprésente, mais il y fut entrainé et est capable aujourd'hui d'en faire abstraction. Enfin abstraction .... c'est un bien grand mot. Disons qu'il est capable de dormir assez paisiblement, alors que pour toute personne normale, en serait devenue complètement folle et en aurait sans aucun doute trouver la mort plus douce. La mort est si forte est présente, qu'elle est devenue pour lui, comme une amie persistante. Il ne la craint pas et serait même en vérité plus semblable à une libération. Mort, qui l'a rendu en parti insensible en ce qui concerne le fait d'ôter la vie. Cependant, il en reste détaché et ne cherche pas spécialement a l'offrir sciemment à autrui, car suivant les dires du démon, chaque mort offerte à Hades, le démon de la mort, le nourrit. A cela, Dastan, fait une tâche prioritaire d'entretenir son corps et son esprit, par de fréquents entraînements, allant de la méditation aux équilibres et autres pratiques physiques. La compagnie même si pas spécialement évoquée par ses propos, lui est vital, afin de ne pas sombrer, comme il l'a pu le faire pendant bons nombres années de sa vie. Mais sans se laisser abattre, il a pris comme priorité de profiter des petits plaisirs de la vie, afin d'illuminer quelques peu son cœur obscurcit. Ainsi, la boisson, la nourriture et les jeux et les défis sont sa source de bonheur. Mais surtout, bien plus que toutes autres choses, le plaisir charnel est-ce qui lui apporte un bien infini. Non pas qu'il soit de nature particulièrement perverse ou obsédé, mais cette activité apaise le démon en lui, ce qui lui apporte pendant un moment, une paix intérieure. La pratique d'un vice dont par la force des choses, il a appris à y prendre gout. Les femmes sont devenues ainsi plus que de simples objets, mais bien une icône, une source inespérée de lumière dans son existence damnée.

En ce qui le concerne Dastan est avant tout quelqu'un de très instinctif, il est très près de sa nature animale. Il se fie à ses intuitions, qui l'ont guidé tout le long de sa vie. Que cela soit par son ouïe, sa vue ou même son odorat, déjà très développés en tant qu'hybride, ceux-ci s'en sont retrouvés décupler encore par sa nature de semi-démon. Autant dire qu'il est très difficile de le rouler, car au-delà des paroles et de la gestuelle, le corps est traitre et il lit principalement au travers lui. Sa perception extraordinaire lui à accorder également un excellent sens du climat et ajouter a cela un certain savoir sur la navigation, il devenu en mer, un guide exceptionnel. C'est également un homme, si pas nécessairement très intelligent, très astucieux et débrouillard, qui a connu bons nombres de situations, qui font de lui un excellent conseiller en cas de crise. Il a sauvé ainsi de nombreux navires d'une fin certaine. En dehors de cela, c'est un homme plutôt calme et posé qui aime ces moments de solitude. Plutôt du genre observateur qu'acteur, il prend un malin plaisir à scruter les autres de ses yeux de félins. Il affectionne tout particulièrement les endroits situés en hauteur d'où il peut pratiquer a volonté ce plaisir de voyeurisme. C'est en réalité plus une philosophie, il aime se dépenser par la force de ses bras et de ses jambes pour se hisser de mat en mat à une dizaine de mètres de hauteur. Cette sensation de sentir le vent parcourir son visage, ce ressenti de liberté d'action totale sans entraves, la sensation de planer et de voler, il l'idole. Au contraire, il exècre et ne supporte pas, tout ce qui est susceptible d'entraver ses faits et gestes, tout comme les endroits clos, à en être presque claustrophobe.

Côté sociabilité, si la solitude ne lui pose aucun problème et l'apprécie à sa juste valeur. Il ne dénigre pas non plus la présence d'autrui bien qu'il ne la recherche généralement pas particulièrement. Cependant, avec son vécu en tant qu'hybride, il aura toujours une part de méfiance envers les humains, bien plus qu'avec n'importe quel autre hybride. En tant que prôneur de liberté, il ne respecte d'autres règles que les siennes. Tout comme le respect, qu' il n'offre qu'envers ceux qu'il juge digne de recevoir. Il est de ce fait d'approche plutôt complexe et il est très difficile de gagner sa confiance. Mais gagnez sa confiance et vous aurez là, un roc solide sur lequel vous pourrez vous appuyer sans crainte. Sans être un grand orateur, on le sait avec une langue plutôt habile en particulier sur les remarques. Mais à bien le connaitre, il se révèle également très joueur et espiègle, notamment lorsqu'il s'agit de taquiner quelqu'un qu'il apprécie particulièrement, cela se ressent particulièrement lorsqu'il se bat où tous les coups sont alors permis. Dastan n'est pas quelqu'un qui se laisse bercer d'illusions est tend à être très terre-à-terre et réaliste. Il n'a que bien peu d'ambitions personnelles, si ce n'est, profiter au maximum de la vie dans ce moment présent. Pour le moment, la richesse étant ce qui le lui permet, il part en toute quête qui pourrait satisfaire cet objectif. Peut être que si un jour il arrive à dompter cet être démoniaque, il sera susceptible de concevoir un probable futur pour lui.

Apparence (4 lignes) :

Pourtant hybride, Dastan est surement le moins évident a remarqué en tant que tel. Mais à y voir de plus près, ces traits sont on ne peut plus évident. La plus remarquable est sans aucun doute, sa longue queue dense au noir pelage qui se meut au gré de son humeur. Elle est la raison principale de son grand sens de l'équilibre et en est très fier. Et s'il aime jouer avec, malheur à celui qui en aurait l'idée. D'une taille dans la moyenne avec son mètre quatre-vingt quatre et d'un gabarit plus que certain, ce mâle est loin de l'homme délicat que l'on a habituellement l'habitude de voir. Il n'est pas non plus le profil type du play boy des magazines, mais il possède de nombreux charmes et talents qui ont déjà fait le bonheur de ses dames. Avec une peau légèrement plus sombre et tannée que la normale, sa musculature marquée et parfaitement évidente est celle d'un corps entrainé et entretenu de manière journalière, en particulier en ce qui concerne ses bras et ses jambes. On pourra même noter l'étrange tatouage présent sur le haut de son bras gauche qui lui remonte jusqu'à son omoplate. Ces membres sont les rouages essentiels de son activité. N'allez pas croire que cela est simplement de la gonflette, car à le voir dans le feu de l'action c'est à se demander d'où il peut tirer une telle force, même pour un hybride. Dans sa gestuelle, il semble enchainer les actions avec précision et aisance, en particulier lorsqu'il s'agit de se déplacer ce qui révèle chez lui une agilité et une mobilité plus que certaine. Les plus perspicaces, pourront noter que le moindre de ses gestes soient comme étouffés et silencieux. Chose étonnante, quand on constate son gabarit, ce qui révèle une connaissance et un contrôle de son propre corps évident. Il en a surpris plus d'un en s'installant leur côté avant même que ceux ne le remarque. De part, son origine panthera, la discrétion est un don inné. Vous l'aurez compris, Dastan est un traqueur et un assassin né.

Des cheveux noirs comme la nuit aux reflets violacés sur un visage plutôt carré et marqué, on est loin de celui doux et délicat. Des traits que l'on pourrait qualifier même d'assez sévères. Si cela se s'avère pas trop marqué sur un faciès neutre, c'est bien tout le contraire lorsque l'énervement commence à se lire sur son visage. Son regard est lui aussi particulier, à la fois énigmatique et perçant. Comme s'il lisait l'âme de ceux qu'il fixe, tel un gardien des morts. C'est d'ailleurs une de ses fâcheuses habitudes. Cela il le doit à ses origines félines avec ses pupilles ténébreuses en fente qui contrastent à merveille avec ses iris dorées et intenses. Avouons-le, Dastan est quelqu'un d'assez intimidant et intriguant à la première impression, difficile d'être certain si l'intérêt qu'il nous porte est en bien ou en mal. Au-dessus de sa barbichette finement taillée, se trouve des lèvres fines capable d'un sourire étonnamment expressif. Un sourire lumineux capable d'éclaircir radicalement son visage mais également ravageur qui laisse rarement les demoiselles indifférentes. On peut même percevoir au travers lui, la blanche émaille de sa dentition, dont on ne saurait que remarquer les caniches prédominantes, qui atteste de l'hybride carnivore qu'il est. Elles sont même d'ailleurs parfaitement visibles lorsqu'il se met à rire ou qu'il se met à bailler. La voix qui émane de ses lèvres est à la fois sombre, grave et envoutante, empreinte d'une certaine sagesse.

Une démarche à la fois puissante, mais contrôlée, Dastan n'est, de ce fait, pas du genre à être perçu directement par sa simple présence. Ce serait même l'inverse, discret et silencieux, il se mêle parmi le flot des personnes qui l'entourent. Il en devient même presque invisible lorsqu'il se pose dans l'obscurité d'une pièce. Ses tenues vestimentaires vont de paires alliant plutôt les teintes sombres et terres plutôt que celles remarquables et extravagantes. Peu sujet à une quelconque coquetterie, sans s'affabuler de quelconque bijoux, il porte généralement des vêtements courts et simples, qui ne gêneront pas ses faits et gestes, souvent un type de cuir souple. Cela le fait régulièrement rassembler à tord à un simple matelot, mais n'est ce pas là tout le but de la manœuvre ? Il possède aussi toujours des lanières notamment tout autour de ses avant-bras et de ses jambes, révélateur d'un entrainement physique régulier.

Son apparence assez sombre et solitaire, il la doit en grande partie au démon qui le possède. Le tatouage figurant sur son bras gauche ainsi que son omoplate, est en réalité le sceau du démon Hadès. Lorsque ce dernier intervient d'une manière ou d'une autre, il se met a luire d'une intense lumière dorée presque orangée. Et plus sa présence se fait affluente, plus le dessin de cette marque se meut et se répand sur le corps de Dastan. Son teint de peau s'en trouve même assombrit radicalement jusqu'à atteindre une peau d'ébène. Lorsque la marque atteint son visage, ses cheveux perdent leur matérialité et ondulent tel un feu noir et éthéré semblable aux limbes. Ses yeux perdent leurs iris et s'illuminent d'une lueur blanche qui contraste avec la noirceur de sa nouvelle peau. Autant dire qu'à ce moment-là, il ne passe guerre inaperçu ...

Aperçu:
 

Armes/Style de Combat : (quelques lignes pour décrire)

Style très particulier que celui de Dastan, qui est très mobile, rapide et aérien. Il capable de se rendre d'un point à un autre d'un navire ou d'une pièce en un temps record, que son corps entrainé fort et agile permet de faire de manière impressionnante. Il privilégie autant que possible les combats surélevés où il y excelle par son sens inné de l'équilibre. Il aime d'ailleurs être généralement en amont sur son adversaire. Les endroits clos et plus restreint sont plus difficiles pour lui, l'esquive étant sans aucun doute sa plus grande force. En tant qu'arme, sa mobilité et sa gestuelle très dynamique rend la portée de son arme très subjective et afin de ne pas gêner ses mouvements primordiaux, il se contente d'utiliser une dague et ainsi que son corps. Peu partisan des pistolets et très accroché à sa nature de chasseur, il se contente d'utiliser des poudres dans le meilleur des cas. Mais en réalité, très espiègle, le terrain entier est son arme, tout ce qui est susceptible de le protéger temporairement, d'entraver ou de blesser l'adversaire est utilisé. Cordages, balais, fourchette, canons, rampe d'escalier, bref généralement les objets ne manquent pas. Il aime se jouer de son adversaire autant que faire se peut. Il sort souvent de la vue de son adversaire. Et lorsqu'il attaque, il s'arrange généralement pour le faire à un endroit ou à un moment où son adversaire ne s'y attend pas et ses attaques directes de face sont rarement les principales.
En ce qui concerne l'arme de son démon il s'agit d'une sorte de dague serpent, sortant de l'intérieur même de son bras gauche, qu'il contrôle comme une extension de son corps, ce qui la rend comme vivante. Bien qu'elle soit capable d'une protée théoriquement sans limite, elle devient dans ce cas rapidement encombrante, ce qui entraine forcement une perte de mobilité qui peut être fatal. De plus, elle lacère et entrave ses adversaires et à la particularité de se nourrir de la vitalité de ses victimes en s'abreuvant du sang versé. Dastan, astucieux, en a trouvé une autre utilité, bien que peu approuvé par Hadès, elle a le mérite d'être utile : Celui de l'utiliser comme point d'accroche pour se déplacer d'un endroit à un autre sans contrainte, comme on peut le faire a l'aide d'un fouet.

Code : CODE BON

Test Rp (minimum de 20 lignes) : Par ici


Dernière édition par Dastan Zelgadis le Dim 3 Juil - 13:01, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dastan Zelgadis
Pirates


Messages : 268
Date d'inscription : 19/06/2011
Emploi : Navigateur, Pirate

Yoho !
Niveau:
20/100  (20/100)
Pouvoir:
Maîtrise/Kaizo:
1/5  (1/5)

MessageSujet: Re: Dastan Zelgadis - Semi démon   Mar 21 Juin - 19:39


Histoire :

Année 569, si en ce temps de changement l'esclavage des hybrides venait d'être aboli, malgré deux siècles plus tard, cela n'avait en rien amélioré véritablement leur statut. Car aujourd'hui, en 742 sur l'ile du royaume de Nîi, il est à savoir que la population la plus pauvre est en grande majorité celle des hybrides. Non pas que la misère y soit présente, mais un grand écart existe entre cette population et celle des humains, car l'ile est en vérité assez riche et possède ce qui est surement la plus grande cité commerciale du monde entier. Les hybrides y vivent ainsi principalement dans les abords, alors que les humains eux habitent en son sein, dans un soucis d' « esthétique » comme il le aiment le dire. Dans leur malheur, une école de médecine y avait été crée - et qui deviendra par ailleurs une des meilleures écoles existantes. Celle-ci leur permit d'espérer une vie plutôt saine, malgré une pauvreté plus qu’évidente . En effet, le nombre de cas a traité en faisait une place de choix pour les élèves de l‘établissement.

Ce fut donc a cette époque, en marge de cette cité souveraine, que naquit le petit Dastan, fils unique d'une famille modeste d'une fermière Neko et d'un marchand Hyô. Le jeune hybride compris bien vite l'inégalité et l'injustice qui sévissait dans ce monde. Bien sur, tous n'en étaient pas victimes, certains avaient même percé et réussi à se trouver une place au sein de la cité. Mais pour le jeune Dastan tout était encore à faire et, à cette époque, les frontières de ce monde se limitait à Nîi. Dans cette optique, il commença par ce qu'il savait faire déjà de manière innée, a savoir, devenir Acrobate. Les Hyôs (hybrides panthères) étaient naturellement à l'aise sur les hauteurs, possédaient un équilibre sans faille ainsi qu'une force et une agilité leur permettant de se hisser partout et sur pratiquement n'importe quelle surface. Helas, pour lui, la concurrence était rude et se faire une place n'était pas chose aisée. Mais ce dont il était certain, c'était qu'il désirait plus que tout sortir de cette misère. Et à cela, on lui proposa de mettre en pratique son talent de manière plus frauduleuse aux travers de volages. Activité nocturne qu'il accepta, et ce, même malgré les dangers évidents qui en découlaient.

Il se trouva alors qu'il excellait dans le domaine. En enchainant les coups, il y vît plus de fortune et d'objets rares que n'importe quel hybride du coin. Évidemment, ce fut précisément en cette période que son désir de découvrir le monde naquit, au travers de cartes ainsi que d’objets venus d’ailleurs. Dans ce milieu empli de richesse, il s'y épanouit et c'est ainsi qu'il devint adolescent, accumulant expertise et renommée dans le domaine. On lui attribua même le surnom de Black shadow, pour sa faculté à se mouvoir sans bruit dans le noir, telle une ombre. En dehors de cela, Dastan restait un gamin de la rue, arrondissant les fonds par le vol à la tire. Rapidement connu parti les autorités locales, il n'était pas aussi naturellement bon qu'un Neko dans ce domaine, mais il semait la garde et autres poursuivants avec aise et habilité par quelques acrobaties. Voleur, Vaurien, les mots ne manquaient pas pour exprimer l’agacement que ce jeune hybride provoquaient aux concernés. Il s'était même lié d'amitié avec une bande de jeunes hybrides avec qui il faisait souvent les quatre cents coups, cherchant sans cesse à se défier et à braver l'interdit toujours plus loin.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Flashback : année 756

Ce jour-là, alors que le soleil allait bientôt mettre fin à son cycle journalier, nous courions tous les trois, comme la plupart du temps que nous étions réunis. Cependant, cette fois-ci, s'était armé de cagots de pommes, de filet de saucisson ainsi que de sac à pain que nous nous étions pris un malin plaisir à « emprunter », chacun portant autant que faire ce peut sa part du butin. Pour ce détail on faisait confiance aux capacités de chacun ... Ce n'était, bien évidemment, pas sans l'accompagnement volontaire de quelques gardes et de marchands concernés qui nous suivaient bon train. Ni sans compter, non plus, que nous étions très bons coureurs et du fait aussi que j'avais dérouté certains poursuivants en lançant judicieusement quelques pommes sur eux afin de les ralentir autant que possible. Même malgré tout cela, ceux-ci nous suivirent un bon moment. Regardant de temps à autres derrière nous, lorsque nous ne les vîmes plus, nous stoppâmes net notre fuite. Lâchant nos prises de la fin de journée. Aussitôt, chacun de nous finit sur le sol cherchant à reprendre son souffle respectif. Après un moment, Anya, hybride renarde et unique fille du groupe, mais nul doute la plus intelligente de nous trois, piqua une remarque entre deux souffles :

_« Eh bien ! je me demandais s’ils s’arrêteraient un jour ! »
_« Pour sur ! Au moins, on a de quoi se remplir la panse avec tout ça ! » répliqua Kiba, l’hybide Inu, de loin, le plus gourmand d’entre nous.
_« Ouais, moi j’ai un cagot entier de pommes … » Dis je fièrement avant de constater que bien d’entre elles s’étaient faite la malle pendant notre course
_« Un cagot entier, hein … » Fit remarquer Anya en jaugeant le panier en souriant d‘un air narquois.
_« Oh non Dastan ! Il n’en reste même pas la moitié ! Tu crains ! »
_« Roh ça va ! Je voudrais bien vous y voir tout en courant ! » bredouillai-je immédiatement.
_« Hihi ! T’auras un gage comme punition. En attendant, ne restons pas là et allons un peu plus loin. » dit calmement Anya en enjambant les premiers pas.

Nous la suivîmes alors accompagné par les remarques de Kiba concernant ma récente performance. Nous nous en aperçûmes qu’un peu plus tard, mais nous étions allés bien plus loin que dans nos habitudes : à la limite sud est, non loin de l’orée du bois abandonné. Pour le moment nous nous repaitrions de toute cette nourriture durement gagner et ce n‘était guerre ce qui nous préoccupait.

_« A notre nouvelle prise ! » cria Anya en levant devant nous un bout de saucisson à la main.
Amusés par la gestuelle nous nous empressâmes de faire de même en croisant chacun un bout du notre et de crier finalement tous en même temps : « A notre prise ! ». Nous ne pûmes nous empêcher suite à cela, un fou rire général qui vint nous faire se rouler à terre. Tout se passa rapidement alors que nous discutions des évènements à venir et, lorsque la nuit commença à tomber, nous eûmes un moment de silence. En profitant pour observer curieusement les environs, Kiba vint nous rappeler.

_« Hey Dastan ! On a toujours pas parlé de ton gage … » dit il avec un air impatient.
_« Attendez … quelle est cette maison la bas ? » demandais je dans une vaine tentative de changer de sujet.
_« Je ne sais pas … » repondit Anya
_« On s’en fiche … hey … ce ne serait pas la maison du viel ermite ?! »
_« Le vieil ermite ? Ah ouiiiiii … j’en ai entendu parlé … il parait que c’est un vieux solitaire en fin de vie. Il veut pas être déranger. On dit même que certains soirs … il y a des trucs bizarres qui se passent. »
_« Quoi comme trucs bizarres ? »
_« Des ombres qui bougent, des morts qui marchent … »
_« Euh … »
_« Tsss ce qu’il faut pas entendre. »
_« Et a ton avis, que fait un cimetière la bas ? Hein ? » dit elle en pointant du doigt, l‘étrange lieu emmuré dont ou pouvait voir émergé sur la hauteur ce qui ressemblait a des pierres tombales .

A ce moment la, au loin, une silhouette avec une lanterne à la main marchait lentement en direction de l’ancienne maison. S’en suivit alors un silence général et pesant, avant qu’un souffle glacé nous fasse parcourir l‘un après l‘autre d’un puissant frisson.

_« Il commence à se faire très sombre … nous devrions rentrer » fit remarquer Kiba en reculant.
_« Je suis d’accord avec lui pour une fois … » en suivant son pas.
_« Hey Kiba … ce n’est pas toi qui voulais un gage pour Dastan ? »
_« Ah mais oui ! Hehe … »
_« Alors voila ce que tu vas faire Dastan … tu vas aller dans sa demeure et nous rapporter une preuve de valeur de ton passage. » Me dit t’elle en se mordant la lèvre avec un regard de défi »
_« Euh … c’est que … »
_« Cape ou pas cape ? L’ombre noire … »
Là, la Kitsune, m’avait piégée … En jouant, avec mon surnom, il en allait là, de ma fierté personnelle … elle était terrible quand elle s’y mettait … Si j’avais d’excellents réflexes, elle était d’une malice fulgurante …
_« Je … Grrr … oké … je vais y aller ! Je vais y aller ! »

Ni une ni deux, je partis en direction de la maison, à la fois silencieux et discret, comme j’avais pris l’habitude de le faire, une ombre parmi les ombres. Arrivé non loin du cimetière, je dus m’encourager un peu plus pour m’approcher d’avantage du seuil de la maison. Ce genre de sensation qui vous parcourait jusqu’à l’échine. Collé contre le mur, je jetai un regard au travers de la fenêtre, de mes yeux nocturnes. Ne notant pas de présence au rez-de-chaussée, je tentai alors une intrusion silencieuse. La porte n’ayant pas été fermée, cela qui me facilita de beaucoup le travail. Merci a ce vieux sénile. Faisant alors mes premiers pas, mon regard se perdit à la recherche d’un quelconque objet de valeur. Mais pouvait il y en avoir chez un vieillard rabougri ? Un peu dépité, j’allais me contenter de prendre la première babiole qui passait quand mon regard s’arrêta sur un pendentif. En l’examinant, je pus voir a quel point il était bien ornementé et recouvert de symboles d’un langage inconnu. Satisfait de ma trouvaille, je m’empressai alors de le mettre en poche et de vite fait quitter le lieu en ressortant par le pas de la porte.

Mais ce n’était pas sans compter que je me retrouvai nez à nez avec l’ermite. Mon sang fit un tour entier tant il me surprit. Je ne l’avais même pas entendu, pas le moindre son, moi-même, qui était très discret, je ne pouvais empêcher le léger grincement du plancher sous mon maigre poids. Il était silencieux et immobile, il me scrutait avec intérêt accompagné d’un sourire satisfait. En croisant son regard, j’avais eu l’impression que je le contemplais depuis des lustres, alors que ce n’était pas plus de quelques secondes. J’étais totalement terrifié et paralysé par ses yeux, mais lorsqu’il tenta quelque chose de sa main, je revins a moi-même et recula pour lui envoyer tout objet sous la main à proximité pour l’occuper. Quand il en reçut deux ou trois, sans prendre la peine de savoir comment il réagissait, je me mis à détaler comme si la mort était à mes trousses. Ce qui, dans un sens, était en fait le cas, même si pas dans le sens où nous l’entendons. Bref … Sans même me retourner, je partis comme une flèche droit devant au travers du champs par lequel j’étais venu. Je passai non loin de mes deux amis sans m’arrêter, continuant à tracer en direction de la ville située dans le lointain, et cela aussi longtemps que mes jambes pourraient me porter. Mes amis, sans se poser la moindre question, firent de même. Je ne savais pas combien de temps j’avais couru, mais lorsque j’eus fini j’étais à terre. Mes jambes étaient en feu et j’en avais presque mal au poumons tellement j’eus le souffle court. Mais au loin, la voix d’Anya appelant mon nom m‘apaisa. L’appelant a mon tour, pour la guider, sa fine silhouette vint remplir mon cœur encore glacé d’effroi.

_« Ah Dastan ! Tu … tu nous as fait peur ! … Ça … ça va ? Tu as vu un fantôme ou quoi ? » dit elle en reprenant son souffle main sur ses genoux.
_« Pire … cet ermite … avait un de ces regards … » un frisson incontrôlable me parcourut tout d’un coup « Je n’ai jamais été aussi heureux de voir un visage amical ! Vraiment ! »
Elle m’illumina de son sourire qui en appela le mien avant de me tendre une main afin de me relever. Main que j’acceptai bien évidemment. Au loin, Kiba arrivait. Il n’était pas le meilleur sprinteur d‘entre nous, mais il était le plus endurant. J’étais également content qu’il n’ait rien. Il s’arrêta à notre hauteur, pour souffler un instant avant de répliquer.
_« Qu’est-ce qui t’as pris de partir comme ça ? Y a rien qui te poursuivait ! T’as eu peur ou quoi ? »
_« Bah … tais toi … au lieu de parler pour ne rien dire … regarde ça … » Je mis ma main à ma poche intérieure et en sortir fièrement le fameux talisman . « Tadaaaa ! »
_« Wow joli ! »
_« Ca doit bien valoir quelques piécettes ça ! »
_« Tiens je te le l’offre ! »
Alors qu’elle esquissait son geste de la main, elle se rétracta tout d’un coup
_« Euh … finalement non … garde le … c‘est le tiens après tout. »
Trouvant sa réaction étrange, car première partisane de la possession de bijoux. Je le tendis alors vers Kiba, qui eut la même réaction.
_« Bon bah on retourne au village alors. »
_« Faisons cela … »

Puis, alors que mes deux compagnons s’étaient éloignés de quelques pas, dérivant un dernier regard sur la maison du surplomb où nous étions, une voix retentit dans mon esprit, comme un murmure d’outre-tombe.

_* Tu reviendras … *

Cherchant d’où cela pouvait venir, sans trouver. Je rangeai l’objet précieux pour retrouver rapidement mes deux amis déjà bien devant. J’avais comme un mauvais pressentiment, mais bien loin de penser que cette nuit serait une des plus longues de ma vie …

De retour au village, je partis de mon coté en souhaitant bonne nuit a mes amis. J’en profitai du passage afin d’aller voir quelques marchands nocturnes. Et tous eurent la même réaction que mes deux compagnons. Bien qu’ils trouvaient l’objet intéressant, ils se retrouvaient a dire qu’ils n’en voulaient pas. Un deuxième, un troisième, un dixième même … même chose. Pestant ma malchance ainsi que mon incompréhension, je décidais de retourner chez moi. Mes parents étaient surement dans leur chambre, silencieux comme à l’accoutumée, je me glissai dans ma chambre. Epuisé, je tombai directement sur mon lit sans même me dévêtir pour finalement m’endormir directement. Enfin dormir, un bien grand mot. Cette nuit, je n’avais de cesse d’être déranger, par des sons et des bruits pourtant anodins mais que ma conscience disait de me mettre en garde. La porte qui grinçait, les branches effleurant les carreaux, le vent s’engouffrant dans le grenier, bref tout ceci rendait l’ambiance assez lugubre … et plus la nuit passait et plus ces sons devenaient précis, comme des chuchotements, des voix qui ne cessèrent de me répéter

_« Voleur … rend le nous … rend le nous … voleur »

J’avais tout fait pour ne plus avoir a les entendre mais rien y fit. Je me souvins même avoir jeter le talisman par la fenêtre sans amélioration. En fait, cela avait même empiré. Alors que j’avais les oreilles collé contre l’oreiller, je ne pus que sentir quelque chose de froid me saisir la jambe, en me retournant immédiatement, je ne pus voir qu’une main squelettique sortant du bas de lit me tirer la jambe. Là, je je pus que m’immobiliser terrorisé et pousser un cri perçant et immortel qui déchira la nuit comme jamais je l’avais fait auparavant. Et alors que j’entendais mes parents arriver, je ne vus que d’eux, des squelettes l’un a coté de l’autre en train de me fixer, ce qui provoqua un second hurlement tout aussi strident si ce n’était plus. Il s’en suivit de ma chute à l’arrière de mon lit pour finir par pleurer et fermer les yeux, totalement terrorisé.

_« Allons allons Dastan, nous sommes là, ce n’est qu’un vilain cauchemar … » Me disait la voix de ma mère, mais j’avais bien trop peur d’ouvrir les yeux à nouveau. Je sentis alors la chaleur de ses bras m’entourer « Chuuuuuu, je croyais que ce n’était plus de ton âge, mon petit Dastan »

Je sanglotais encore jusqu’à ce que je puisse sentir l’empreinte des lèvres de ma mère sur mon front qui me fis ouvrir inconsciemment les yeux pour découvrir le visage de ma mère souriante, avant de l’enlacer à nouveau. A mon âge, j’aurais surement été honteux de faire encore cela, mais a ce moment là, j’en avais vraiment rien à y faire, surtout après ce qu’il venait de se passer. Je me rallongeais alors sur le lit pendant que ma mère me bordait. Mon regard parti sur ma table de chevet et la vision du talisman, que j’avais bien jeté par la fenêtre, me laissa sans voix mais tout autant terrifié. Il était maintenant clair que cet objet était maudit et que j‘allais devoir le ramener le plus vite possible a son propriétaire. Lorsque ma mère parti, tout recommença comme à son début, mais rassemblant tout le courage qu‘il me restait, je m’empêchai de crier. Je ne crus alors jamais revoir la lumière du jour au petit matin, devant lequel, je restai un très long moment à contempler à la fenêtre le ciel azuré. Je pris alors le médaillon pour me rendre directement chez le vieil ermite, en espérant tout cela cesse. Il n’y avait pas moyen que je revive cela une seconde fois. En arrivant à bout de souffle au pas de sa porte, je vins frapper frénétiquement a sa porte. Une silhouette en sortit pour se poser devant moi.

_« Je savais que tu reviendrais … » me dit il avec un sourire peu communicatif _« J’imagine à ta mine que tu as du apprécié cette nuit … »
_« Cela je pense que je vous le savez déjà … je vous le rend … mais pitié enlever moi ça » Dis je tout en l’inclinant et tendant a bout de bras le talisman.
_« Hummmm … et pourquoi donc ? … c’est ta punition après tout … méritée a juste titre … »
_« Je vous en prie … je ferais ce que vous voudrez en échange … mais je ne veux plus de cela ! »
_« Bien … bien … je te reprend le médaillon alors … mais si tu veux que tout cela cesse, il va falloir me payer une dette … »
_« une dette ? »
_« Tu devras apprendre ce que je t’enseignerais, pendant neuf mois, neuf jours et neuf heures … Pas une plus … pas une de moins … »
_« Neuf mois !? Et bien … j’imagine que je n’ai pas d’autres choix que d’accepter »
_« On a toujours … le choix … mais auras-tu la volonté d’aller jusqu’au bout de ce choix ? »
_« Et bien, j’imagine que je le dois, ni plus ni moins »
_« Hmmmm … reviens demain à l‘aube, nous verrons … et surtout … essaye de te reposer … tu en auras besoin … » Me dit il avec un ton malicieux et sarcastique. Je le détestais déjà …

En effet, cette nuit comme celle précédente en fut tout autant agitée, cependant, cette fois ci, j’y étais préparé malgré la nuit blanche évidente qui en découla. J’étais déjà épuisé aussi bien physiquement que mentalement en arrivant chez lui. Il m’apprit alors à me concentrer en rabâchant toujours les même choses pendant toute la journée « Avoir de la volonté, c’est avoir un esprit et des pensées plus fortes que tout ce qui t’entoure. » me disait il. Il commença par me faire me focaliser sur une chose, sa voix, pendant que par instant il me frappait disant que je devais en faire abstraction. C’était un supplice innommable, mais même si en fin de soirée, je n’y arrivais toujours pas, j’en avais saisis le concept. Le premier mois fut tout ce que l’on pouvait appeler un véritable enfer. Mais quelque part, je m’en sentais chaque jours grandit un peu plus, malgré ma fatigue et la douleur évidente. Mes nuits se faisaient au fur et a mesure bien moins tourmentées, comme si, cela était devenu une habitude. Je pressentais qu’il y avait quelque chose a cela. Un but qui pour le moment ne m’apparaissait pas clairement. Lorsque je réussis finalement à parvenir à me concentrer sur une pensée, il m’apprit a faire le vide dans mon esprit. De l’esprit, il m’enseigna a fortifier mon corps.

J’aurais pu a n’importe quel moment tout simplement arrêter, me plaindre auprès des villageois, ou même demander de l’aide de mes deux compagnons, qui d’ailleurs, étaient très inquiets de ma distance soudaine. Ils m’avaient suivis et vu le supplice de mon entrainement. Mais il connaissait mon choix et le respectèrent. Même si ils avaient des doutes, ils voyaient que jours a après jours cela semblait aller en s‘améliorant. Quelque part, il me voyaient également changer, ce en quoi ils en étaient tout autant inquiet. Vint alors le jour lors du dernier mois où tout était devenu plus clair. Mes nuits étaient devenues calmes, malgré le tourment évident qu’elles ne pouvaient qu‘offrir. Mon corps s’était retrouvé plus fort. Le monde tel que je le connaissais me paraissait lui aussi différent. J’avais changé … en bien ou en mal … je ne savais pas … mais j’avais cessé d’être le garnement d’il y a neuf mois. Un nouveau moi était né. Ma vision concernant l’ermite avait également été altéré. Et si au départ, je ne ressentais que la douleur du moindre de ses gestes, je voyais maintenant la raison et le sens de ceux ci. Ce vieillard m’intriguait, la peur et la haine avait laissé la place à la curiosité et au respect. J’ignorais encore tout de lui, pas même son nom. Il était muet et peu bavard à ce sujet, prétextant que cela n’avait aucune importance et que seul l‘entrainement comptait. Une chose m’inquiétait cependant, je le voyais faiblir un peu plus chaque jour comme si un mal qui le rongeait depuis trop longtemps allait le dévorer d‘un moment a l‘autre. Il restait souvent immobile pendant de longs moments d’absences, comme si son esprit était ailleurs.

Le dernier jour arriva finalement, fier d’être celui que j’étais devenu. Et au centre de ce qui pouvait ressemblait un jardin - assez lugubre soit dit en passant - Il m’invita a le rejoindre. Mon instinct m’avertissait que je devais sérieusement me préparer a ce qu’il allait se passer. Il sortit deux épées qu’il planta croisé au sol.
_« C’est la ton ultime épreuve, Gamin. »
_« Je m’appelle Dastan, pas Gamin ! » lui rabâchai-je comme à chaque fois qu’il m’appelait ainsi.
_« Ecoutes ce que te dis, réussis le et tu seras libre de ta dette … »
Son air sérieux et inquiet, ne me donna pas mine habituelle à répondre de sa remarque. Pendant tout ces mois, ces répliques piquantes étaient devenues notre principale méthode de communication. Une sorte de jeu auquel je m’y étais moi-même pris. Face à face, il ferma un instant les yeux pour les rouvrir en un éclair, ceux-ci venaient de changer devenus empreints d’une noirceur infinie. Un pentagramme vint se dessiner à nos pieds délimitant un cercle avant de luire d’une lueur orangée et sinistre.
_« Ce cercle, durera tant que l’un de nous deux n’auras pas vu sa vie ôtée … Tu dois appliquer tout ce que je t’ai enseigné pour survivre … maintenant … prend ton arme et bas toi pour ta propre survie ! »
_« Mais je … c’est ridic … »
_« Prends ton arme ! Ou meurs ! »

A ces mots il se saisit de l’arme et m’attaqua, j’esquivai autant que je le pouvais, mais le vieillard qu’il était semblait si vif et si agile. Qui aurait pu croire qu’un vieil ermite, pouvait posséder une si parfaite condition physique ? Chacun de ses coups semblaient portés véritablement pour me tuer. Je vins finalement jusqu’à chuter non loin de la limite, ou je pus sentir quelques mèches de cheveux se dissoudre a son contact. Sans le moindre répits, il me prit par le haut du crane pour chercher à m’appuyer la tête contre elle. Résistant du mieux que je le pouvais, je pris un morceau de terre pour le lui lancer au visage. Profitant de son aveuglement, je me saisis de son poignet et lui prendre l’épée tout en lui portant violement ma tête à la sienne. J’en restais sonné et ma vision vira au rouge, par le sang qui se mit ainsi à couler de mon front. Je repris alors mon souffle en m’armant de l’épée.

_« Pourquoi tout ceci, vieil ermite ?! »
_« Pas mal, mais il va falloir faire mieux que ça ! Gamin ! » aboya-t-il en décrochant l’autre épée dans le sol.
_« Je m’appelle Dastan, pas Gamin ! » dis je machinalement avant d’ajouter.« Mais ça n’a aucun sens ! »
_« Crois tu que je t’ai entrainé pour ton simple profit personnel ? Réussir à me tuer sera ton unique chance de rédemption »

Une longue suite d’enchainements s’en suivit cherchant désespérément a parer et a esquiver ses coups. Mais le sol semblait contre moi, comme s’il se dérobait sous mes pas. Des bras sortaient du sol pour m’entraver. Il m’entailla du bout de sa lame a plusieurs endroit. Posant un genou au sol, je le regardais avant qu’il n’arme son prochain coup. Puis je me rappelai de ses dernières paroles : « Tu dois appliquer tout ce que je t’ai enseigné pour survivre ». Sans autres pensées, je vins faire le vide dans mon esprit, pour faire abstraction de ce qui n’étaient en réalité que des illusions de mon esprit. Nous n’étions que tous les deux. Me concentrant sur lui, ses coups me parurent alors plus clairs et je vins même me surprendre à rivaliser avec les siens. Mais a chaque fois que je gagnais sur lui, il devenait plus rapide encore. Voulait il vraiment que le tue ? Pourquoi ? Je lui devais tout ce qu’il m’avait enseigné !
En un éclair, il bondit sur moi en portant une ultime attaque vertical. Mon coup était déjà armé et placé. Je n’avais qu’a l’appliquer, mais cela il l’avait fait surement exprès. En cet instant qui n’était qu’une micro seconde, je dus me résoudre a choisir entre la vie ou la mort. Je ne le savais pas mais c’était la un piège où, dans tout les cas, je côtoierais la mort. Le choix évident fait, je tendis le bras pour sentir le bout de ma lame lui transpercer le corps. Tout s’arrêta, alors qu’il expira sa douleur. Mais au lieu de tomber, il resta debout en lâchant son arme et tendit les bras vers le ciel obscurcit le sourire aux lèvres.

_« Me voila enfin libéré de mon devoir … » il me regarda alors en posant ses mains sur mon visage son regard ténébreux plonger dans le mien. « Il t’incombe maintenant a toi de porter ce fardeau … puis tu me pardonner un jour … Dastan … »

Il s’immobilisa alors pour expirer son dernier souffle avant de tomber a la renverse, laissant la lame glisser au travers lui et se retrouver sans vie bras écartés au milieu du pentagramme. Son bras gauche tatoué vint alors à s’embraser d’une lueur dorée pour s’élever au dessus de lui où une forme éthérée et sombre aux yeux sans iris m’apparut. Une voix plurielle s’adressa a moi, semblant se faire écho à elle-même.

_« Je me demandais si tu y arriverais un jour, mortel … Je suis Hades, maitre de la mort et des enfers. Il semble que tu vas être mon nouvel hôte, je suis sur de parvenir à me libérer au travers de toi … voyons de quoi tu es capable … » l’esprit se permit de me lancer un sourire sadique et vivieux avant de se jeter au travers moi.

Son rire retentit dans mon corps tel un écho. Une vague d’énergie et de puissance m’emplit soudainement et me parcourut de part en part. Je pouvais le sentir affluer dans mes muscles et ma peau, comme si j’allais exploser de l’intérieur. Je ne pus que gémir de douleur et finir par tomber à genou en cherchant à me contenir bras croisés

_« Laisses moi te monter de quoi est capable un démon. Laisses mon pouvoir t’envahir, mortel … »
_« N… Non … ce corps est a … Moi ! »

Sa seule réponse fut son rire démoniaque qui résonna dans mon esprit. Mon bras gauche et mon omoplate me brulèrent alors intensément où je pus voir et sentir des marques apparaitre d’une vive lueur dorée. La douleur était terrible. Et je sentis ma peau changée et s’assombrir et se répandre au travers de tout mon bras. Malheur ! je ne le sentais plus comme si celui-ci n’était plus devenu le mien.
_« MMMMHHHH OUIIIIIII ! »
Lorsqu’il commença a me dévorer le visage, je repensai à tout ce que le vieillard m’avait enseigné. Il ne me restait de lui que ce qu’il m’avait légué : son enseignement. La paix intérieure, le désir puissant de la volonté. Je fermai ainsi les yeux pour y trouver la quiétude de l‘âme.
_« MMMMHHHH OUUU … NON ! NOOOOON ! NOOOOOOOOON !!! »
Je sentis le calme m‘envahir et à travers moi, la chaleur qui m’embrasait en cet instant, se résorba pour ne former qu’un sceau. L’usage de mon bras était revenu et je pouvais contempler la marque scellée qui venait d’apparaitre et qui se dissipa en un tatouage.
_* Grrrrrrr … … … Ne deviens pas trop confiant, Mortel … Tu as gagné cette confrontation, mais il y en aura bien d’autres encore. Tu es maudit tout comme ce vieil homme l’a été … je vais faire de ta vie un enfer, emplis de tourments et de supplices … car comme lui, un jour, tu laisseras ta faiblesse t’envahir et lorsque ce moment arrivera, je serais là … j’ai tout le temps du monde … Je patienterais … *
_« Je t’ai vaincu aujourd’hui, démon … je te vaincrais les prochaine fois. » lui répliquais je avec un calme souverain
_* Ha ha ha ! Intéressantes paroles, mais tu es prévenu . Je m‘en délecte d‘avance. *
Je ne l’avais pas remarqué tant le combat avait été intense, mais le pentagramme avait disparu et seul le corps de l’ermite inconnu gisait sur le sol. Le sourire de la liberté pendait a ses lèvres. Je ne pus que lui sourire.
_« Pour un damné, il a été plutôt heureux dans la mort … »
Un rire non caché s’esclaffa à ma remarque avant de reprendre
_* Comme je le dis toujours, la mort est une délivrance, pas un châtiment … tu l’apprendras a tes dépend … *
_« C’est-ce que nous verrons, démon … C‘est-ce que nous verrons … »


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Ainsi retourna-t-il parmi les siens, auprès d’Anya et de Kiba ainsi que de sa famille. Hormis son nouveau tatouage, mettant cela sur le désir de la jeunesse de se faire remarquer, personne n’avait vraiment prêté attention a ce qu’il était arrivé a Dastan. Ses parents eux-mêmes n’y virent là qu’une maturité prématuré. Ses deux compagnons, quant à eux, sentaient bien qu’il n’était plus vraiment le même. Et s’il restait avec eux, ce n’était plus comme avant. Son esprit était souvent ailleurs, plus distant, différent, comme transcendé. Il semblait également à la fois plus fort et plus rapide. Quelque part ils avaient peur de ce qu’il était devenu, pourtant son comportement n’était en rien dangereux pour eux, ce qui dans leurs craintes les rassuraient quelque peu. Quant à ce qui était arrivé au vieil ermite, il n’en avait jamais vraiment parlé. Ils craignaient qu’il l’ait tué de sang froid, mais ils en savaient Dastan incapable, du moins, celui qu’ils connaissaient … Un fossé invisible s’était ainsi créé. Dastan de son coté, avait perdu la saveur et le profit de la vie en conséquence du lourd fardeau qui lui avait été assigner. Le tourment du démon, était aussi bel et bien présent. Mais, sans perdre d’espoir, ces deux amis ne le quittèrent pas et par leur efforts, Dastan regagna cette partie de lui qu’il avait été. Il reprit même gout a certaines choses qu’il pensait avoir oublié. La sensation de voler, de courir au beau milieu de la rue, le plaisir de sourire. Mais au fond de lui, tout ceci ne lui suffisait, plus, il voulait et avait besoin de partir. Voyager et découvrir le monde libre comme il l’entendait et non comme les autres le lui proposait. Partir loin jusqu’à s’y perdre pour peut être enfin se retrouver. Être le petit cambrioleur qu’il était, ne lui suffisait plus, il savait qu’il était capable et destiné a bien plus grand.

Guidé par les conseils d’Anya alors à la fois sage et intelligente. Ils partirent vers leur 18ième année a bord d’un navire marchand et commencèrent a découvrir le monde d’iles en iles. Dastan se trouva alors un don pour la navigation dut a un sens inné de l’orientation. Nature semi-démon ? Hybride ? Les deux peut être ? Il apprit auprès du navigateur du vaisseau commercial les bases et son instinct naturel fit le reste. Pendant ces mois de bonheur offrant son lot de découvertes journalières, une ombre planait au sein même du groupe. Cela avait déjà débuté il y a déjà quelques années, la raison initiatrice étant purement hormonale. Kiba avait des sentiment bien plus fort pour Anya que pouvait lier un simple amour fraternel. De son coté, la kitsune aimait tout autant les deux, cependant le cas de Dastan, le faisait passer souvent avant celui de Cal. Peut être en d’autres temps aurait elle put tomber amoureuse de Dastan, mais son changement soudain, a fait naitre en elle une certaine crainte à son égard. Elle savait qu’il lui cachait une vérité. Vérité qu’elle savait surement préférable de ne pas connaitre, mais cela elle avait du mal a l’accepté. Quelque part, Kiba de son coté haïssait Dastan pour toutes ces raisons, mais incapable d’effacer tout ce qu’ils avaient vécu, il ne pouvait le voir autrement que comme un frère. Nos trois compagnons si proches et si liés se retrouvèrent, plus distant qu’ils ne le pensaient. Ce fut dans l’arrivée du royaume de Diem, plus précisément a Calypso, là où chacun a pu découvrir les différents tabous, qui éveillèrent tout ce que chacun ressentaient cacher au plus profond d’eux même. Dastan, vit le sexe pas seulement comme un plaisir, mais aussi un besoin lui permettant de satisfaire le démon qui le possédait. Kiba s’était tourné vers la boisson et Anya plutôt attachée aux paris et jeux d‘argent. Le groupe éclata alors ici même et chacun partis de son coté.

Sans la présence de ses amis - et plus particulièrement Anya - pour le modérer, Dastan, sombra dans la complaisance et la luxure. Voyant en ces moments charnels, l’occasion d’être libérer pendant quelques temps de son démon, il travailla alors un moment en tant que mafieux au sein de ces vendeurs de plaisirs où il s’occupait des cas trop insistants voir gênants ou endettés. Une voie qui le mena, quelque peu guider par le démon, dans les coulisses de l’assassinat. Son instinct animal en tant que traqueur, ne rendait pas la lutte des plus faciles. Ce service qu’il rendait devint, en soit, un boulot a part entière, dans lequel il se sentait a l’aise, comme si il était né pour cela. Tuer n’était pourtant pas son plus grand plaisir, cependant, la traque, elle, en révélait là tout l’intérêt. Quelques années plus tard, en se rendant a Sibylle, il prit connaissance d’un groupe discret nommé les Gins, officialisé comme un grand groupe indépendants de chasseurs de primes. Pourquoi traquer en cachette, alors qu’il était possible de le faire en publique ? Voila la seule question que ne le fit pas aller chercher plus loin. Et de là, il finit par intégré ce groupuscule d’élites charger de nettoyer ce monde. Les cibles n’étaient que déterminer par ceux qui avait de l’argent, mais qu’importait. L’argent, permettait de jouir des petits plaisirs de la vie. Qu’importait de rendre ce monde déjà tant corrompu plus pur ? Autant profiter de la vie pendant que l’on a encore le temps et les moyens. De plus, depuis les récents évènement avec la mort de Rey Kami, le seigneur des pirates, le nombre de hors la loi désirant naviguer grimpa en flèche. De quoi assurer, une bonne rentrée d’argent pendant encore un long moment. La bas, il y retrouva son ami Kiba, où sans Anya entre eux, renoua avec lui et devinrent à nouveau inséparables.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Année 768

Ce fut dans la douce quiétude qu’un flot de chaleur inondant mon corps me fit ouvrir les yeux ce matin-là. Les rayons du soleils venaient de trouver passage au travers de la fenêtre, pour me bénir de leur présence. Ah ! C’était l’unique genre de nuits où je pouvais espérer vivre un profond sommeil dans une totale paix intérieure, loin des cauchemars incessants que m’offrait généreusement Hadès. La raison en fut très simple. Un regard sur ma gauche me permit de constater une silhouette sous le futon sous le quel j‘étais également. D’un geste lent de ma queue, je me permis de retirer ce dernier pour y découvrir ce qui resterait surement la plus délicieuse vision de ma journée. Une créature à la crinière de feu et à la silhouette de rêve. Totalement nue et découverte. Je la vis se recroqueviller sur elle même, en grognant tendrement, tout en cherchant à tâtons de son bras la couverture évadée mais cela sans succès. Je ne pus que sourire au spectacle et m‘amuser un peu pour redécouvrir les courbes de son corps du bout de ma queue soyeuse. Des petits soupirs évoquèrent immédiatement le plaisir non dissimulé qu’elle en ressentait. Puis sans que je puisse m’y attendre, elle se retourna pour tenter d’attraper cette extrémité espiègle. Elle n’eut que juste le temps de l’effleurer que je la fis se glisser de mon coté.

_« Ah ta ta … on ne touche pas ! » lui dis je en souriant.

Elle me fixa un instant de ses profonds yeux-émeraude en ricanant et s’avança vers moi, pour m’enlacer à la taille et de m’utiliser comme oreiller. Je m’étonnai de la voir si pleine d’affection, mais cela ne me dérangea pas le moins du monde. En l’observant un instant, je ne pus que succomber de mon coté a l’envie de lui caresser sa longue crinière toute ébouriffée. Divine créature que cette humaine. J’aurais pu rester ainsi des heures a la regarder, si quelqu’un n’était pas venu frapper à ma porte.

_« Dastan ! » Trois coups retentis « Dastan ! » Puis trois autres coups « Dastan ! Je sais que tu es la ! »

C’était la voix de Kiba, j’en avais totalement oublié que nous devions nous voir pour notre prochaine chasse … Mon amante, quant à elle, releva lentement la tête pour me regarder et m’embrasser tout en me murmurant d‘une voix douce et sensuelle.

_« Je vais dans la salle de bain … »

Je ne la quittais alors pas un seul instant du regard et ne me fis pas prier pour profiter du spectacle. Spectacle dont l’actrice joua à merveille son rôle, en accentuant sa position ainsi que son déhanchement pour finir sur un regard embrasé. Puis finissant, sur un sourire fondant, elle disparut dans la pièce au travers de la porte. Avec ça … ma journée ne pouvait en aucun cas devenir mauvaise ! Si Kiba n’avait été au seuil, je l’aurais sans nul doute rejointe. Grognant un bref instant, en entendant Shiba persévéré, je me glissais à mon tour hors du lit pour me saisir d’une serviette afin de m’en entourer la taille et de l’y attacher. Je me retrouvai bien vite à la porte, pour lui ouvrir et découvrir Kiba avec un air assez dépité me concernant.

_« T’es pas croyable … »
_« Ne t’inquiète pas, je n’avais pas oublié … Allez entre, je t’offre un verre, pour me faire pardonner. »
_« Au point où l’on en est, je ne dis pas non. »

Je lui laissai alors toute la place nécessaire pour le laisser entrer et partis alors en direction du bar, pour commencer a verser un verre de whisky pour cet ami de toujours. Kiba s’arrêta au milieu de la pièce attentif a tout ce qui s’y trouvait et bien vite il vint a flairer quelque chose :

_« Je vois que comme d’habitude, tu es en bonne compagnie … Tu ne changeras jamais, Dastan »

Cet Inu était un fin observateur et bien peu de détail ne le laissait lui échapper, que ce soit par sa vue ou son odorat. Ce dernier était d’ailleurs un des meilleurs dans le domaine que j’ai eu a connaitre. J’étais bien heureux de l’avoir a mes cotés.

_« Tout comme toi, tu devrais apprendre a profiter des petits plaisirs, cela te ferait un bien immense. Je connais a ce propos une magnifique Inu, douce et dévouée. Je suis persuadé qu’elle ne te laisserait pas indifférent ! »

Kiba ne répondit a cela que d’un soupir quelque peu dépité. Je m’assis alors à la table ou j’y déposai nos deux verres, l’invitant ainsi à se joindre a moi. Chose qu’il fit et descendit directement le verre en plein gosier. Autre chose le concernant … il pouvait boire des litres entiers d’alcool avant d’en ressentir enfin les effets. Chose qui était loin d’être mon cas. Je le suivis cependant par pur élan fraternel.

_« Parlons de ce pourquoi je suis ici : la nouvelle mission … »

Kiba se tut subitement et son regard parti vers ma direction, mais se poursuivit derrière moi. Un bref regard sur le coté et la somptueuse créature à la chevelure ambrée apparut alors.

_« Je vous laisse, je te dis a la prochaine fois, Dastan … » dit elle en passant sa main au travers de mes cheveux.
_« A plus tard, ma belle … »
Mais celle-ci ne bougea pas en me fixant du regard, comprenant alors a quoi elle voulait faire allusion. En proie à un moment intense de doute, ma mémoire travailla a plein régime pour essayer de se souvenir de son nom. Helena ? Catarina ? Lucy ? Non … Yuuki … non plus …
_*Kana*
_« Kana … » Répondis je alors avant de me rendre compte que le démon venait de s’éveiller en moi.

Le visage angélique de la douce se tendit et sa main vint directement embrasser ma joue, dans un claquement magistral qui vint retentir dans toute la pièce.

_« C’est Shana ! … » m‘aboya-t-elle avant de se diriger vers la porte pour l’ouvrir et la claquer bruyamment derrière elle. Le rire non retenu de Kiba ne put qu’alourdir d’avantage mon échec
_*Alors tu es revenu … *
_*Ha ha ha … magnifique … oui oui depuis un moment … et je trouve avoir été plutôt bon sur ce coup … *

Sans y répondre, encore un peu touché par ce coup sournois, ce fut le rire suivit de la voix de Kiba qui me fit quitter mon dialogue intérieur

_« Celle-là, tu l’as pas volé. il y a faute grave ! ça t’apprendras … »
_« Tu as sans doute raison … comme d’habitude … » Soupirai-je alors en me massant un instant la joue dont je pouvais encore sentir sans la moindre difficulté l’empreinte encore brulante de cette gifle. « Mais revenons plutôt a nos moutons, de qui s’agit t’il cette fois ? » tentai-je afin de changer de sujet.
_« Un riche marchand qui fait sa fortune en tant que vendeur d’armes. Ses principaux clients sont des pirates et il faut croire que certains ne voient pas cela d’un bon œil.»
_« J’imagine qu’il doit posséder à sa botte un bon nombre de gardes … Mort ou vif ? » dis en versant un autre verre a chacun d’entre nous.
_« La prime Vif est bien plus alléchante »
_« Bien, je peux comprendre que certains soit intéressé par ses talents de commerçant … »

Après quelques préparatifs et changement de tenue, nous partîmes pour le port de Sibylle, là où y était amarré le vaisseau personnel du dit commerçant. Après un rapide coup d’œil dans l’ombre des quais, nous pûmes définir environ une dizaine de gardes actifs au bas mot. La procédure était toujours la même qu’à l’accoutumée : Je me faufilerais discrètement sur le bateau, pendant que Kiba me couvrirait de son fusil à lunette d‘un bâtiment voisin, éliminant ainsi les gêneurs et m‘aidant en cas de pépin. Cette méthode avait porté ses fruits de nombreuses fois et se trouvait parfaitement fonctionnelle.

Suivant ainsi nos directives, à l’aide de la seule force de mes bras et jambes, j’escaladai sans peine la proue du navire. Un garde scrutait les ruelles environnantes à la recherche d’éventuels signes suspects. Mais d’un pas de mort, je vins me glisser derrière son dos et porter ma main a sa bouche en lui plantant ma dague à son dos. Une mort rapide et silencieuse.

_*Classique, mais pour le moins efficace … tu es capable de faire bien mieux … sois plus créatif ...* s’invita à commenter Hades.
Ignorant sa remarque, je poursuivis telle une ombre à longer le ponton et trouver deux gardes qui discutaient entre eux. Il était là impossible de se glisser derrière eux sans se faire repérer. Je devais ainsi concevoir une autre méthode d’approche.
_*Attention réfléchis bien … * me murmurait Hadès. Il faudra que je pense à le remercier pour ses remarques très pertinentes … ou pas

Un bref regard sur ce qui m’entourait et je pus y percevoir une caissette de pommes, un balai ainsi qu’une corde attachée a un mat pouvant être utiliser à mes fins. Assez pressé d’en finir et persuadé que j’allais réussir, je partis en course dans la direction des deux énergumènes. Le balai, en main droite, me permit grâce au long manche de frapper la pomme d’Adam d’un des gardes qui en fut bien vite par la vive douleur obliger de se tenir la gorge dans un son étouffé. Cela me laissa toute la voie, pour empêcher l’autre de hurler en lui envoyant la pomme en main gauche directement entre ses dents. Un rapide hypercut à la mâchoire vint lui faire gouter au gout de la pomme. Profitant de ce moment d‘hébètement, j’enroulai la corde autour de son cou, pour l’orienter et le pousser violemment d’un coup de pied par-dessus bord. Dans sa chute la corde vint à se tendre pour se finir dans un son imperceptible de brisement de nuque.

_*Je dois bien avouer que pour ce dernier coup, tu remontes dans mon estime. Pas mal, pour un mortel … *

Achevant l’autre garde agonisant de ma dague, j’allais ouvrir la porte lorsque je sentis un garde derrière moi. Il se tenait là, étonné tout autant que moi de notre présence respective. Mais il était trop tard, quoi que j’allais entreprendre, il allait avoir suffisamment de temps pour sonner l’alarme. Et c’est-ce qu’il tenta de faire, mais quelques secondes plus tard, par une balle qui vint lui percer de part en part sa gorge. Je pouvais remercier grandement Kiba qui était là pour ce genre d’imprévus. Se noyant ainsi dans son propre sang, le garde tituba en arrière et finit par tomber lui aussi du bateau. Plutôt, rondouillard, ce dernier émit un bruyant impact avec l’eau.

_« On nous attaque ! » Hurla un homme au dessus de moi en ayant vu son compagnon tomber a l’eau.
_* Ha ha ha, c’est là que les choses vont devenir intéressante !*

Collé à la porte, je pus entendre les voix commencer à s’élever et les foulées se faire plus rythmées en direction de la dite porte. Me mettant alors sur le coté, j’attendis dans son ombre, patientant que Kiba de quelques tirs sème le chaos. Mais a mon grand étonnement, rien ne se passa. Je fus alors pris d’une vision qui me laissa stoïque. A moins que mes yeux n’étaient en proie a quelques sortilèges, c’était la vision d’Anya qui m’apparut alors aux cotés de notre commerçant. Je devais rêver, c’était juste mon imagination. Non ce ne l’était pas, sinon Kiba aurait tiré ! Tentant de reprendre un peu mes esprits, je vins sortir subitement de l’ombre et bondir sur le plus proche garde de ma position pour lui assigner un coup fatal et commencer à rattraper cette mission d’enlèvement qui commençait a nous filer entre les doigts. Des balles furtives vinrent toucher deux autres gardes qui faisaient opposition a mon avancée, remerciant ainsi Kiba qui, tout comme moi, venait surement de reprendre ses esprits. Il ne restait alors qu’un seul garde qui me séparait de notre objectif, que dans mon élan je projetai hors du bateau d‘un coup qui le déséquilibra. Mes craintes furent alors affirmés, devant moi se tenait nulle autre qu’Anya, cette renarde et amie de toujours.

_« Que fais tu là, Anya ?! … »
_*Mais que fais tu ?! Elle t’a trahie tue la !*
_*Va mourir*
_*Pfff, quel manque de conviction …*

Pas de réponse de la part de la kitsune, hormis le malicieux de ses sourires amusés qu‘elle s‘aimait a évoquer en notre présence, avant de me faire un petit signe d’adieu de la main. J’en perdis toute attention tant j’étais dérouté, au point de me retrouver avec une bombe à fumigène au pied que je me pris de plein fouet. Le nuage qui en sortit pu aisément couvrir sa fuite et obstruer la visibilité de Kiba qui de toute manière n’aurait surement pas tirer, tout comme moi. Un bruit de carriole se faisant entendre, je me précipitai dans le nuage pour en sortir. Mais je ne pus qu’y voir celle-ci s’éloigner au loin dans l‘obscurité de la ville. Mille et une questions me tourmentèrent alors que la signature de l‘échec se faisait aisément sentir.

De retour au centre des Gins, nous découvrîmes alors Anya avec la bourse de notre prime à la main. Peut être avait elle déjà tout planifier d’avance, car elle semblait être rester ici pour nous attendre. Elle bondit de sa place surélevée et arriva vers nous avec tout sourire. Elle nous avait bien eu et s’était faite passée pour une garde du corps. Sans les gardes autour d’elle, il lui fut ainsi aisé de prendre en otage le commerçant …

_« Merci pour le coup de main les gars ! Ca aurait été bien plus difficile sans vous ! »
_« Anya … » Marmonnai-je dans sur un ton perplexe « Petite Renarde, tu nous a bien roulé … »
_« Comme a chaque fois … » répondit t elle avec un air empli de malice alors que sa queue se balançait d‘un air amusé.
_« Je dois bien avouer que je me suis torturé de question à ton sujet … » Envoua notre Inu un peu bougonnant
_« Oh allez ! Faites pas ces têtes ! je vais la partager avec vous la prime ! … Mais en échange je veux un gros câlin de vous deux ! »

Sans autres sommations, elle se jeta bras ouvert au milieu de nous deux pour nous serrer contre elle et lâcher un rire franc et amusé qui lui correspondait si bien. Comment lutter contre elle ? ... il nous était impossible de la détester même pour cela. Après tout, elle resterait à jamais notre Anya. La renarde vint finalement rejoindre notre groupe. Son charisme, son intelligence et sa malice fut un nouveau rouage essentiel de notre nouveau trio. Nous nous complétions à merveille. Ce fut ainsi que naquit notre groupe appelé Trinity, qui nous permit même de nous démarquer des autres chasseurs au sein des Gins.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

Pendant les quelques années qui suivirent la création de leur petit groupe, Dastan de part la présence féminine d'Anya, se retrouva à bénéficier d'une sorte d'équilibre. L'amitié qui liait nos trois amis, était un lien fraternel que rien ne semblait pouvoir briser tant qu'ils restaient réunis. Dans leurs compétences, ils se complétaient et dans leur confiance, ils se connaissaient sur le bout des doigts, ce qui les rendait capables de réagir d'un seul homme et efficacement face à toute situation imprévue. Cette performance leur permis de se faire une petite place au sein de l'organisation. A la recherche d'une élite, les Gins en furent appelés à leur demander de se rendre au quartier général pour récompenses. Bien entendu, d'autres groupes prétendants y avaient été également appeler.

Ce jour signa la fin d'une époque dans la vie de Dastan, mais également le début d'une nouvelle. Une époque regrettée mais qu'il ne lui sera plus possible de vivre désormais. Un souvenir qui restera à jamais gravé dans sa mémoire. Ce soir là, toute l'élite des Gins fut rassemblé afin de faire un nouveau recensement des chasseurs de primes compétents. C'était également l'occasion à chacun de tester ses propres capacités dans des concours organisés par les Gins. Les gins savaient faire bon usage des rivalités et de la compétition, dans le but unique de parfaire ses propres « soldats » . Les trois compagnons, quant à eux, étaient honorés d'y avoir été convier. Et s'ils s'en trouvaient quelque peu grandit et fier, il se sentaient, ô combien, minuscule en comparaison des véritables stars du milieu qui s'y étaient réunis ici même.

Alors que tous s'amusaient et buvaient au nom des gins, Dastan grand solitaire dans l'âme, partit en retrait et chercha un point en hauteur afin de scruter et étudier, comme il aime le faire, les différents protagonistes présents. Il y avait certes des célébrités, mais pas que dans le sens positif du terme. Des personnes sans foi ni loi, attirés par cet endroit seulement pour la gloire ainsi que l'appât du gain. Des crapules sans scrupules qui n'hésitaient pas à jouer les esclavagistes si cela leurs permettaient profits. Dastan exécrait plus que tout autre ce genre d'individus. Alors qu'il maudissait du regard leur présence en ce lieu, son attention vint se porter sur une étrange ombre sur les estrades supérieures de l'immense salle. Dans l'obscurité de l'une d'elle, il crut percevoir une silhouette ailée. Non sans se cacher, celle-ci se tenait là, comme si elle étudiait silencieuse chacune des personnes présentes. Il chercha bien entendu à la rejoindre, ou du moins à s'en approcher discrètement, afin de voir ce qu'il en était, mais tous les accès lui furent été impossible. Il fut cependant rejoins par Anya qui le força en le tirant de sa curiosité et à la suivre pour y faire quelques pas de danses. Il y en avait décidément pour tous les goûts et il s'y prêta bien facilement et ce bien malgré lui.

Rapidement un signal sonore particulier fut émis et d'une immense porte close jusqu'alors, en sortit un homme. Grand, aux longs cheveux blancs et d'une allure à la fois noble et élégante, il possédait un sourire pas désagréable mais singulier, comme si rien n'était à même de le lui retirer. Totalement charmée, la petite Anya ne se fit pas attendre pour faire expressément ses mêmes remarques à ces deux compagnons, voyant là un modèle de classe à suivre. Le gentleman, fit alors signe a toutes les personnes présentes de se rassembler pour être inviter à pénétrer dans la salle annexe inaccessible depuis lors. Nos trois hybrides ne purent que suivre la masse et finalement entrer alors dans ce qui ressemblait à une immense salle du trône. A observer les alentours on ne pouvait que finir par remarquer en son centre, entre deux fins voiles blanchâtres, dans la pénombre cette même silhouette ailée que Dastan avait pu remarquer il y a peu. Mais ce que Dastan ne put croire concevable étaient les trois individus au pied du trône. Ils n'étaient pas attachés, mais on pouvait voir a leur attitude ainsi qu'à leur collier que ceux-ci étaient totalement soumis. Si on pouvait lire le sourire de leurs lèvres, on ne pouvait que concevoir la tristesse qui emplissait leur regard. Depuis quand les gins faisaient dans le trafic d'esclaves ?! Il était vrai que Dastan, ne connaissait que bien peu de choses sur ces fameux Gins, si ce n'était un regroupement de chasseur de primes. Leur activité était donc totalement à remettre en question ... était-il resté aveugle depuis tant d'années ?!

Dastan au travers de cette révélation serrait les dents et son regard parlait pour lui. Ces deux compagnons n'en pensaient pas moins, mais ils en étaient bien moins expressif. Le gentleman, rejoignit le devant du trône. Son sourire si communicatif il y avait un instant, venait de prendre un bien autre sens avec ces trois esclaves présents derrière lui. On pouvait y lire tout le sadisme et la cruauté dont il était capable. Et bien plus que cela, il brillait d'une aura oppressive et puissante qui résignait l'idée de toute forme d'opposition. De ce fait, la force de l'être qui trônait derrière lui était très probablement à s'inquiéter. Cependant, Dastan brulait du désir de hurler et de prétexter, mais son instinct lui imposa la survie en lui imposant le silence. Figé entre colère et peur, il ne put qu'être spectateur. Le gentleman présenta alors ce personnage derrière lui, comme le chef des gins et demanda à ce que chaque individu se présente personnellement à lui. Ce fut alors que chaque groupe vint faire les hommages au roi qui n'était que jusqu'à maintenant une simple silhouette dans l'obscurité, mais elle régnait d'une présence écrasante. Si certains étaient peu prompt à s'incliner, la force en imposait le respect.

Lors de l'avancée de la Trinity, Dastan ne pouvait qu'exprimer l'indignation qu'il ressentait au travers de son regard. Au point, même où il ne put se résigner à faire la révérence. Si, le « roi » ne semblait pas en répondre de la moindre réaction, son valet lui ne manqua pas de prévenir l'effronté de son manque d'étiquette. Manque qu'il punit en sortant le katana de son fourreau. Ouvrant ainsi dans une démonstration attestant de sa grande maitrise, il vint couper court les manches de notre hybride avant de finir par glisser le bout de sa lame sous sa gorge. Cet homme avait toujours ce sourire persistant, même dans un moment pareil. Après un échange de regard, ce fut Anya et Kiba qui forcèrent Dastan à être un brin plus respectueux. Mais la silhouette de l'inconnu sur son trône ne semblait plus aussi stoïque qu'au départ, car celle-ci semblait s'être rapidement redressée, comme appelé par un événement inattendu. Au travers de la pénombre, sa silhouette dessina alors une longue chevelure derrière laquelle triomphait deux grandes ailes, ainsi qu'une ligne de corps qui ne pouvait que se prêter à celle d'une femme. Elle scrutait l'homme panthère, ou plutôt, le tatouage maintenant visible de son bras gauche en partie dénudé. Et après un très bref instant, on put y apercevoir l'émaille de ses dents dans un sourire à la fois surpris et appréciateur. En l'espace d'un murmure adressé à l'un de ses esclaves à ses cotés, ce dernier partit s'adresser au valet qui finit par rengainer son arme aussi rapidement qu'il l'avait sorti. La tension redescendit et la cérémonie put reprendre son cours comme si tout ceci de s'était jamais produit. Mais à la fin de la cérémonie, un groupe d'hommes vint demander à nos trois individus de les suivre.



Dernière édition par Dastan Zelgadis le Dim 3 Juil - 13:15, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dastan Zelgadis
Pirates


Messages : 268
Date d'inscription : 19/06/2011
Emploi : Navigateur, Pirate

Yoho !
Niveau:
20/100  (20/100)
Pouvoir:
Maîtrise/Kaizo:
1/5  (1/5)

MessageSujet: Re: Dastan Zelgadis - Semi démon   Mar 21 Juin - 19:39

Test RP :

Si une chose était certaine, c'était que je n'allais pas servir un groupe d'esclavagiste plus longtemps. Je m'étais suffi de cette partie du groupe qui faisait office de chasseurs de prime, et cela, depuis bien trop longtemps ... comment avais-je pu être aussi peu curieux ? A cette question, je me répondais à moi même : La vie simple d'un chasseur. Mais dans cette vie, je finançais un groupe d'esclavagistes ... Pure aberration et totalement inacceptable ...

Mon esprit revint au présent. Un couloir où moi et mes compagnons étions guidés par des gardes. Vers quel endroit pouvaient-ils bien nous emmener ? Mon regard se porta sur mes deux amis, qui tout comme moi se demandaient le pourquoi d'un entretien privé et surtout vers quoi cela allait nous conduire. Cela, nous allions le savoir bien assez tôt. Finalement, après un instant de marche, les gardes au devant s'arrêtèrent pour se poser devant la porte. Je passai la porte, mais les gardes barrèrent l'accès à Anya et Kiba d'un vif croisement de lames devant eux.

_« Seul l’homme tatoué est autorisé à entrer … les deux autres doivent attendre ici. Ordre du chef.»

D'un échange de regard, nous pûmes lire en chacun les pensées des autres et nous nous étions mis d'accord sur le fait de ne pas faire plus de vagues que nous en avions déjà commis jusqu'à maintenant. Aussi, partis-je seul en franchissant la porte. Un long couloir me mena alors dans une salle richement décorée. Une chambre à proprement parler, au fond de laquelle se trouvait un être angélique devant un immense miroir muni de ses trois servants qui finissaient de la changer. Elle se retourna vers moi pour m'observer un moment. En apparence, elle ne semblait pas avoir plus de la majorité, mais curieusement à sa démarche on pouvait dénoter une assurance et une suffisante qui faisait forte impression. Ses yeux me jaugeaient d'un air bien supérieur. Je ne l'aimais ainsi pas du tout ...

_« Mmmh, quels yeux … J‘en aurais presque des frissons tellement ils en sont expressifs … Comment se nomme cet animal indompté ? »
_« Dastan Zelgadis, Maitresse » répondit une des esclaves à ses cotés
_« Dastan … Peut être te crois tu différent de tous ceux qui sont ici ? Il n’en n’est rien … saches que tu n’existes que pour me servir … »
_*Moi je l’apprécie déjà … Mmmmh* Se permit de murmurer le démon dans ma tête
_« Que me veux tu, chef esclavagistes ? Tu n’obtiendras de moi que du mépris et du refus ! »
_« Vraiment ? »
Son regard se fit tout d’un coup plus intense, comme transcendant. Il vint même jusqu'à me toucher violemment l’esprit qui s’en trouva comme paralysé.
_« Maintenant à genoux et tais toi, esclave !»
Sans que je pus y faire quoi que ce soit, incapable de m’y soustraire, mon corps s’exécuta malgré moi et s’agenouilla devant elle. Elle m’offrit alors sa main que je vins machinalement à baiser. Je n’étais plus maitre de mes propres actions ! Quelle malédiction était ce là ?

_*Et bien, cela doit te faire un drôle d’effet ! Magnifique … elle possède la volonté du lion. Un pouvoir rare qu’il ne m’est venu à voir que deux ou trois fois …*

Sa main parcourut ma joue pour se glisser jusqu’à ma mâchoire et s’en saisir.

_« Voila qui est bien plus serviable de ta part, maintenant, relève toi … Je te l‘ai dit, tu es à moi … »

Son regard était empli d'autosuffisance et de malveillance. Un regard que je ne pouvais que rêver d'ôter. D'un simple signe de sa main, deux de ses esclaves vinrent venir à mes cotés pour commencer à me défaire de mes vêtements et me laisser torse nu devant elle. Elle était l'illustration parfaite de l'expression : l'habit de ne fait pas le moine ... Une véritable démone dans un corps d'ange. Elle s'approcha ainsi davantage pour laisser sa main découvrir les courbes de mon torse, n'en omettant pas le moindre oubli.

_« Un corps bien vigoureux que le tiens, il m’en prendrait presque envie de le mettre à l’épreuve … »

Ma gorge incapable de sortir mots, ce fut mes yeux qui parlèrent pour moi, n'y laissant deviner que la haine et le dégout à son égard. Si j'avais pu, je me serais jeté à son cou pour lui faire taire cette attitude suffisante qu'elle exprimait si aisément. Sa main descendit jusqu'à mes abdominaux en y dessinant ses formes et remonta pour approcher ses lèvres des miennes et venir finalement me susurrer à l'oreille.

_« Cette persistance dans le regard … mais c‘est inutile. Un simple mot d’ordre de ma part et tu serais déjà entrain de remuer ciel et terre rien que pour me combler. »
Elle tourna autour de moi en parcourant ma peau jusqu’à mon bras et toucher le tant convoité tatouage, dessinant de ses doigts ses formes particulières .
_« Mais c’est bien ceci qui m’a fait t’amener jusqu’à moi … Intéressant tatouage que le tien … Quelque chose me dit que tu portes un démon en toi … mais lequel … et comment en être certaine ? Il serait bien dommage de gâcher un corps si appétissant … d’autant plus que j’ai ouïe dire que ta petite trinité s’était trouvée, plutôt efficace ces derniers temps … »

Tout en restant à mes cotés, elle tourna la tête vers l'un de ses esclaves, pour finalement ordonner de faire entrer mes deux compagnons attendant à l'entrée du précédent couloir. Après un bref instant, ce furent eux qui arrivèrent, mais pas de la manière espérée. Ils étaient, en effet, attachés et retenus par les gardes, se débattant comme ils le pouvaient en exprimant toute leur refus ainsi que leur indignation. Mais ce fut avant tout, la surprise mêlée à de l'incompréhension qui les touchèrent, lorsqu'ils me virent ainsi vêtu aux cotés de la dirigeante des Gins.

_« Que se passe t’il ici ? Dastan ? » hurla Kiba
_« Pourquoi ne réagis tu donc pas ? » Me demanda Anya, troublée par le doute qui la submergeait.

Je voulais ô combien leur répondre, mais les serres de cette maudite sorcière m’y empêchaient. A la place, toujours dans ma proximité, ce fut cette ange qui parla pour moi.

_« On dit que les sentiments forts permettraient de forcer un démon a émerger … voila qui est à mettre en pratique … n‘es tu pas d‘accord, Dastan ?»
Elle s’amusa a désigner successivement du doigts les deux hybrides, comme si tout ceci n’était rien de plus qu’un jeu de mauvais gout.
_« Par qui vais-je commencer … le chien … ou la chienne ? »

Elle s'avança alors en direction de la kitsune, qui commençait à comprendre ce qu'il se tramait, ici. Le regard sur moi de cette dernière vint migrer alors vers celle qui m'immobilisait. Un regard qui était étrangement semblable au mien. Mais, à ce moment précis, un esclave apporta ce qui devait être une lance que la femme ailée vint à saisir. Tout en laissant un sourire à ses lèvres, l'enbout de sa lame sous la mâchoire vint forcer l'hybride à lever la tête. D'une pensée lubrique, elle descendit lentement le long de son corps pour se glisser sous ses vêtements et, d'un coup vif et précis, elle en éventra tout son haut, laissant sa poitrine a l'air libre. Anya en cria de surprise et de peur. La lance fit alors de même pour le bas, la laissant ouverte aux yeux de tous. Kiba de manqua pas d'en émettre un grognement sévère, mais l'ignorant totalement, la maitresse de ses lieux vint à se tourner vers Dastan.

_« As-tu déjà gouté à cette peau douce, Dastan ? » Sa main se posa sur sa poitrine et puis s’anima jusqu'à sur sa toison rousse « Ou à cela ? … très probablement non à ce que je vois … » s’étonna-t-elle de voir qu’elle avait tout l’air d’une pucelle, ce qui lui fit apparaitre un sourire peu recommandable.

_« Occupez vous en … je vous la laisse … »

Ni une ni deux, les gardes ne se firent pas prier pour s'exécuter. Kiba, en émettant un hurlement de rage, fut maitrisé tête contre sol alors que les cris de pitiés émit par la petite hybride se faisaient entendre. La voyant adossée contre le mur alors que les hommes se jouaient d'elle, je ne pus rien faire. L'impuissance de l'entrave m'y empêchait.

_*Est-ce la tout ce dont tu es capable, mortel ? De rester ainsi sans rien faire à voir les autres souffrir ?*
_*j’ai tout essayé, démon !*
_*Ô que non … il te reste la possibilité de me libérer … Je te délivrerais alors de son emprise et tu pourras sauver tes si chers amis …*
_*Plutôt mourir que cela !*
_*A toi, de voir, mais ne crois pas que tu sois en position de tenir cela …*
_*Je … d’accord …*
Je vins à tenter de libérer la puissance que j’avais scellé, lorsqu’un problème évident s’imposa a moi. Je ne savais comment le desceller et le démon ne le sut que bien assez tôt.
_* Ha ha ha … tu t’es tellement focalisé à me sceller que tu n’en sais même pas comment me libérer ? Ha ha ha ! Mortel incompétent ! Vois ta faiblesse !*
_« Dastan ! Fais quelque chose !!! » hurla a moitié Kiba emplis d’une rage sans nom.

Ce fut, à ce moment précis où, la kitsune en émit un cri strident alors que l'un des gardes venait de forcer un passage en elle. Elle criait les noms de ses amis, mais elle ne pouvait que subir les élans sexuels de son agresseur alors que des larmes se mirent à couler. Le sang de sa première fois se mit alors à couler goutte à goutte à même le sol. Nos regards se croisèrent et je puis lire en elle si aisément que cela me déchira tout entier : elle me suppliait de l'aider. Je sentis alors l'ange m'étreindre pour me murmurer.

_« Regardes … comme c’est mignon … elle était encore vierge à son âge. Surement se réservait elle pour l’un de vous deux … »

Elle ne put alors s'empêcher de libérer un rire puissant, satisfaite de la tournure de son petit jeu. Mes dents se serrèrent avec force et violence, au point que du sang en coula. Je maudissais mille fois moi ainsi que ma faiblesse, tout autant que je la haïssais elle. Puis après un instant, le garde émit un gémissement étouffé de jouissance pendant que Anya criait cette toute nouvelle sensation empreinte de plaisir et de dégout. Libérée de l'étreinte de l'homme satisfait, elle tomba à même le sol, pour s'y retrouver a demie nue et sanglotante. Mais ce ne fut que de courte durée, car celle-ci fut saisie à la jambe où un autre garde ne manqua pas d'abuser d'elle à son tour dos au sol. Cette fois-ci, elle ne se débattait plus, se contentant de continuer de crier nos noms, implorante. Un spectacle aussi douloureux et atroce qu'il en était long. Mais ce fut la femme ailée qui se ravisa, en s'éloignant de moi prit comme d'un désintérêt soudain.

_« C’est à croire qu’il n’y a pas de démon en toi … » elle s’approcha d’Anya, victime impuissante et implorante. « Tu ne m’es plus utile … et tes suppliques m’insupportent … »

Et d'un geste rapide de sa lance elle vint percer son cou et d'un mouvement du poignet le lui rompre pour la laisser sans vie, les yeux encore pleurant dirigés vers moi. Cette vision me fit écarquiller les yeux laissant se dilater mes pupilles tellement elles ne voulaient y croire. Le temps s'en retrouva figer aussitôt, comme si mon propre coeur avait cessé de battre. Alors que je ne pouvais encore concevoir cela possible, une vive sensation me brula dans mon être intérieur, qui ne demandait qu'à exploser et à sortir. Une colère sans nom naquit alors avant même que ma peine puisse se finir. Et en réaction, je ne pus que la laisser couler à travers jusqu'à en hurler de douleur. Un regard de mort se braqua sur l'ailée. Jamais jen'eus un tel désir de mort pour quelqu'un autrement qu'en cet instant. Une sombre aura émergea alors de mon être et de mon tatouage scintillant, le sceau en fut levé.

_*Eh bien, il t’en auras fallut du temps. Tout ça pour ça … Mais, c‘est à mon tour il me semble …*
_*Tu voulais que je te libère ? Et cela est fait … fais ce que tu veux, mais je veux sa mort !*
_*Oh mais je compte bien voir ce qu’elle a des les tripes … »

Dans mon hurlement, mon corps se consuma alors comme au premier jour où je reçus Hadès. Le sceau s'étendit sur tout mon corps et ma peau vint s'obscurcir à son passage. Pour la première fois, j'avais laissé volontairement le démon prendre possession de mon corps. J'étais devenu un spectateur. Je ne maîtrisais plus rien, mais je n'en avais que faire, je ne désirais plus qu'une chose : la mort de celle qui était en face de moi. Et si pour cela, le démon devait être libéré alors soit. Un sourire naquit à mes lèvres, mais ce n'était pas le mien.

_« Ouiiii ! Liiiiibre ! Hahaha ! »
_« Aaaah … alors j’avais vu juste … Comment te nommes tu, démon ? »
_« Je suis Hadès, démon de la mort et tu vas être la première à avoir l’honneur de gouter à la longue agonie de ta propre fin »

Hadès se jeta alors sur elle, cherchant à la saisir par le cou. Mais d’un mouvement bien trop rapide, elle se retrouva derrière lui et glisser sa lance sous sa gorge.

_« Cela j’en doute, comme toutes choses ici, tu es a moi … »
Le démon profita alors de la proximité pour lui attraper le bras et dans un geste en avant, lui saisit la gorge, afin de la bloquer contre le mur.
_« Saches qu’un démon ne sert que lui-même … mortelle … »
La gorge serrée, elle jubila et ne plus alors que se mettre à rire face à l’entité qui croyait la dominer.
_« Haha … et c’est tout ce dont le démon Hadès est capable ? »

En effet, sans crier gare d'un mouvement vertical de sa lance, le démon dut se reculer et la libérer de son entrave. Il ne lui en fallut pas plus pour lui enchainer un coup de pied puissant qui le projeta contre le mur. Le choc fut si violent que la paroi céda et Hadès roula par terre dans l'autre pièce avant de se ressaisir après un bref instant. Une chose était sûre, c'était qu'elle était très puissante, bien plus qu'elle en avait l'air avec son apparence de jeune fille de seize ans. La question était ... Est-ce que Hadès était vraiment en mesure de lui faire face ?

_*La poussée de l’éléphant … Cette mortelle n’est pas n‘importe qui … *
_*Cela n’a pas l’air aussi facile que tu le prétendais …*
_*Avec un hôte aussi faible … je ne peux que m‘en retrouver bridé*
_« Il suffit … je vais me saisir de ton esprit immédiatement … »

Sans en attendre d'avantage, sa lance partit telle une flèche, laissant tout juste le temps de l'esquiver, mais pas complètement, l'entaillant alors aux côtes. Le démon essaya tant bien que de mal d'éviter le reste des coups, mais il se retrouva bien vite blesser de toutes parts. Heureusement la vitalité de ma nature de semi-démon, rendait les blessures assez superficielles. Toujours fut il qu'au coup final, le démon se retrouva une nouvelle fois expulser à l'aide de la poussée et traversa un mur de pierre, pour se retrouver à l'extérieur près des quais, en pleine nuit noire.

_*Tu n’y arriveras pas ainsi, n’oublies pas que je suis un hybride. Ce corps a bien d ’autres qualités utilise les.*
_*Je n’ai pas besoin de tes conseils, n’oublies pas qui je suis, mortel faiblard !*
_*Comme tu veux, mais maintenant que les rôles sont inversés, je vais me faire un plaisir d‘avoir toujours mon mot a dire … *

Le démon se releva une nouvelle fois, mais avec plus de peine que précédemment. Il hurla un instant, mécontent de la tournure des évènements. La gin se précipita alors une nouvelle fois vers lui, puis lui porter une ultime attaque. Hadès se prit alors le coup directement, lui transperçant le ventre. Elle afficha un immense sourire de victoire, mais chose inattendue, bien que crachant du sang, le démon sourit lui aussi. Il tenait enfin la lance de son adversaire et l'immobilisant ainsi, une liane de métal tranchante jaillit de son bras gauche et vint serpenter en longeant l'anatomie de l'ange. Prise au dépourvu, son sourire avait - semblait il - disparu et se retrouva bien vite immobilisée et blessée alors que les lames qui parcouraient son corps s'abreuvaient de son sang.

_« Qu’est-ce que … »
_« Meurs, pauvre mortelle ! »

L'excitation du démon a son comble, l'arme du démon se replia violemment lacérant ainsi sa victime prise en étau dans un véritable bain de sang. Elle en hurla sa douleur et s'écroula par terre, sanguinolente. Quelque part, la satisfaction de l'avoir entendu crier ainsi que de la voir gisante a même le sol, m'apporta un bien immense, mais cela ne changea en rien de la perte d'Anya qui n'en resta pas moins douloureuse. Aussi, le démon ria de sa victoire et vint retirer la lance coincée dans son abdomen. Le sang qui venait de couler sur son arme améliora sa vitalité en s'en abreuvant, ce qui lui permit de voir ses multiples blessures régénérées. Mais, la jeune fille se releva contre toute attente, alors qu'une partie de ses blessures venaient déjà de se régénérer. Tout était loin d'être fini.

_« Je vois que tu n’es pas aussi incompétent que je pouvais me l’imaginer … »

_*Mais cette mortelle est un véritable monstre !!!*
_*Ou alors n’est elle plus ce que l’on pourrait appeler une humaine …*
_*Je vais la réduire en miette … ainsi elle ne se relèvera pas !*
_[color=darkblue]*Et tu penses que ça va marcher une seconde fois ?
_*…*
_*Je suggère un repli, étudions la, elle doit bien avoir un point faible … tout ce que tu vas parvenir ainsi, ce sera de réussir à ornementer sa collection de démons … a toi de voir…*

Hadès semblait avoir été touché par ce dernier commentaire, à croire qu'il s'en était faite une vision mentale. Une vision qui ne put que l'inciter à m'écouter, ne serait ce que par manque d'alternative à sa disposition. Mais il n'eut guerre le temps d'agir, qu'elle attaqua à nouveau, pratiquement rétablie. La poussée vint emporté une nouvelle fois Hadès dans un magasin proche. Il fut vite rejoins, le temps qu'elle se regagne sa lance. Le démon tenta une nouvelle fois de se saisir de l'arme mais comme si elle l'avait prévu, elle dévia la trajectoire et lui toucha sérieusement à l'épaule. L'effet eut celui d'un déséquilibre qui l'obligea à s'écraser sur une vitrine qui éclata laissant tous ses articles s'envoler dont certains contenant de l'eau de mer. Profitant de son avantage, la gin tenta de le transpercer à nouveau, mais elle se ravisa rapidement à la vue de l'eau en suspension. Elle chercha ainsi davantage a esquiver les particules d'eau qui s'étaient élevées dans les airs. Quelques gouttes avaient cependant trouvé leur place sur sa peau qui réagirent sur elle comme de l'acide. Elle recula sous l'effet fumant en grognant sous la douleur. Hadès et moi-même, bien que surpris tout d'un coup, nous étions retrouvés quelque peu satisfait de cette vision. En effet, nous venions de trouver son talon d'Achille. Elle était utilisatrice d'un Kaizo, ce qui expliquait beaucoup de choses ...

_*Tu penses à la même choses que moi …*
_*Évidemment … mais ne restons pas ici. Il doit bien y avoir quelque part un endroit plus approprié*
_*Je n’aime pas beaucoup que tu me donnes des conseils, mortel … mais je dois bien avouer que je suis bien d’accord avec toi cette fois ci.*
Sans plus attendre, bien que blessé à l’épaule, Hadès sortit du magasin dans la ruelle parallèle.
_*Utilise ton arme pour t’accrocher aux hauteurs et ainsi aller plus vite, sinon on va se faire rattraper …*
_*C’est une arme ! Et non un outil de cabrioles !*
_*A toi de voir, elle fera certainement une belle pièce de collection dans sa galerie des démons*

Remarquant l'immortelle gagner du terrain et la véracité de mes propos, le démon céda en grognant pour finalement faire jaillir son arme vers les hauteurs et ainsi se laisser porter par elle, augmentant ainsi nettement sa vitesse de déplacement. Allant de hauteur en hauteur, le vent sifflait a notre passage. Et tout en gagnant une distance respectable, je pus alors entrevoir les différents endroits que pouvaient receler une grande quantité d'eau de mer. Nous ne pouvions quitter l'endroit avec elle aux trousses, d'autant plus que visiblement elle volait. Les gardes n'étaient pas un problème, ils étaient incapables de suivre nos déplacements ... Nous devions l'asperger d'eau de mer et ainsi trouver le temps pour nous échapper.

Nous trouvâmes alors le lieu propice à la mise en place du piège de fortune. Un bâtiment de fabrication de sel qui stockaient les centaines de litres entiers dans des conteneurs situer en hauteurs. Il nous suffisait de détruire quelques fixations afin de nous permettre d'assister a l'effet escompté. En contre bas de la ruelle, nous ralentissions notre avancé, attendant ainsi qu'elle nous rattrape. Elle se posa ainsi à plusieurs mètres de distance face à nous pour nous barrer la route. Le piège en place, Hadès leva le bras pour faire siffler son arme en l'air jusqu'à en toucher les fondements d'un des conteneurs tout en haut, dans l'espoir de lui faire croire que nous nous échappions.

_« Tu penses sincèrement que je vais tomber dans ce piège ridicule ?! Tu auras beau faire tomber cette réserve que je t’aurais déjà embrocher de ma lance avant qu’elle n’ait le temps de toucher le sol … »

Pariant sur son assurance, Hadès brisa les liens du conteneur éventré qui entama immédiatement sa descente dans la ruelle annexe accompagnée d'un déluge d'eau de mer. L'ange courut alors telle une furie vers la direction du démon, le sourire aux lèvres et la lance pointée vers lui. Mais ce n'était pas sans compter une action particulière de sa part. Son bras tendu vers l'avant, il invoqua un cercle maudit qui priva alors à l'ange l'usage de ses jambes. Celle-ci se retrouva alors à perdre subitement l'équilibre qui, malgré ses reflexes, finit étendue à même le sol. Elle tenta alors d'utiliser ses ailes pour s'envoler mais l'eau vint atteindre le sol, l'aspergeant toute entière à son contact. Son cri retenti et vint percer la nuit silencieuse. Alors que nous partîmes dans les hauteurs afin de pouvoir juger de l'effet escompté, nous pûmes voir une forme humanoïde fumante émerger de l'eau pour trouver refuge sur l'un des toits. Voir ce à quoi elle ressemblait en cet instant était à tout sauf à un ange. Ses ailes étaient complètement rongées, sa peau ainsi que son visage en grande partie dévorées, il ne lui restait en tout que les os pour ne pas s'effondrer sous son propre poids. On pouvait l'entendre se lamenter de la douleur qu'elle ressentait en cet instant ainsi que toute la rage qu'elle évoqua à notre encontre par ses propos peu enviables. Mais dans son malheur, - ainsi que du notre - on pouvait voir que sa peau se reconstituait peu à peu, et ce, à une vitesse assez inquiétante. Elle semblait vraiment immortelle ...

_*Ne restons pas ici, ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle s’en remette.*
_*Je me serais bien tenter a l’achever …*
_*Et si tu n’y arrives pas ? Tu voudrais gâcher tous ces efforts pour rien ?!*

Le silence étant signe d'approbation, il partit en direction des quais pour trouver un bateau en partance immédiate. La destination importait peu du moment que nous restions éloignés de Sybille. Le tintamarre commençait à se faire attendre alors que les gardes gins déferlaient dans les ruelles. Voyageant en balance de bâtiment en bâtiment nous les distancions sans grande peine et sans cette furie a nos trousses nous pûmes nous concentrer sur la recherche d'un navire. Navire que nous trouvâmes déjà en mer, en train de prendre les voiles à plusieurs mètres de là. Tout en courant, Hadès se jeta à corps perdu en mer avant d'utiliser son arme pour se fixer en haut de la poupe du navire et ainsi s'y rendre sans que l'équipage ne s'en rende compte. Le regard braqué sur ce qui ne fut bientôt que des points lumineux à l'horizon, nous vîmes une silhouette ailée hurler sa colère et son objection concernant le départ de ce navire. Le démon s'autorisa un dernier sourire satisfaisant, avant de devoir rendre le contrôle de mon corps. Le sceau se mua alors à nouveau pour se reformer à mon bras et que tout ne revienne à la normale.

_*Tout ne s’est pas passé, comme je l’espérais, mais tu m’as surpris. Peut être y a-t-il de quoi voir en toi un hôte passable …*
_*Un hôte passable … Que devrais je dire de ton cas, si ce n’est un démon assez décevant, mais pleins de ressources.*
_*Décevant ?! Tu ne le dois qu’a ton corps faiblard, mortel ! Mais peut être seras tu en mesure un jour d’en faire usage pleinement … en attendant, je t’accorderai le droit de m’appeler lorsque le besoin t’en prends.*
_*Ne crois pas que je sois combler de ton offre, démon ! Si j’y viens un jour a y faire appel ce ne sera que par nécessité ! Et rappelles toi que mon nom est Dastan …*
_*La nécessité est souvent .. nécessaire. Mais, très bien, Dastan … fais comme il te plaira. Je serais toujours là attentif … comme toujours … Je ne demande qu’une seule chose en échange : Que cette mortelle périsse de mes propres mains.*
_*Elle périra, Hadès. Que cela soit des tiennes ou des miennes cela m‘importe peu, mais sois sure que son crime n‘en restera pas impunie. Je le jure … pour Anya …*

Suite à cela, les gins nous envoyèrent rapidement des poursuivants. Mais grâce à mon infiltration au sein de l'équipage, de ma perception climatique ainsi que de mes connaissances en navigation. Nous parvîmes sans peine à les distancer et à disparaitre. Ma tête désormais mise à prix par les Gins, je me fis bien discret depuis tout ce temps, en attendant que tout ceci se calme. Ce fut d'ailleurs en tant que navigateur que je sillonnais les mers aux bords des différents navires que je fréquentais. Désormais, mon avenir se tournait soit vers l'indépendantisme, soit chez les pirates hors la loi. Un choix à faire, dont je prendrais le temps nécessaire. Je n'ai jamais sus ce qu'il était advenu de Kiba, mais au fond de mon coeur, je savais qu'il était toujours en vie quelque part et que nous nous reverrions un jour ou l'autre. Quant à Anya, j'avais juré sa vengeance et mes recherches concernant cette mystérieuse chef des Gins ne touchait qu'a ces balbutiements. Pour se qui était le futur, je devais être prudent à l'avenir ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dastan Zelgadis
Pirates


Messages : 268
Date d'inscription : 19/06/2011
Emploi : Navigateur, Pirate

Yoho !
Niveau:
20/100  (20/100)
Pouvoir:
Maîtrise/Kaizo:
1/5  (1/5)

MessageSujet: Re: Dastan Zelgadis - Semi démon   Dim 3 Juil - 13:36

Voilou, pour vous dire que j'ai fini ma fiche. Désolé pour le temps mis à la faire, ainsi que la longueur ... (boulot, chaleur, moustiques, tout ça tout ça ... mais aussi l'envie d'écrire est en cause ! XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître Du Jeu
Admin


Messages : 126
Date d'inscription : 08/08/2010
Emploi : Maître tout Puissant!

Yoho !
Niveau:
500/500  (500/500)
Pouvoir: Tous
Maîtrise/Kaizo:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Re: Dastan Zelgadis - Semi démon   Dim 3 Juil - 23:05

Edit: Tu es validé
les démons de la mort étant les plus chiants et les plus dur (/impossible) à maîtriser tu as une maîtrise de 1 avec Hadès et tu as maîtrise de 2 dans tes autres styles, tu es niveau 20 aussi excellente fiche bravo et bienvenue parmis nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaizokuban.forumactif.com
Dastan Zelgadis
Pirates


Messages : 268
Date d'inscription : 19/06/2011
Emploi : Navigateur, Pirate

Yoho !
Niveau:
20/100  (20/100)
Pouvoir:
Maîtrise/Kaizo:
1/5  (1/5)

MessageSujet: Re: Dastan Zelgadis - Semi démon   Dim 3 Juil - 23:48

Merci bien monsieur le maitre !
Je vais de ce pas aller penser la fifiche technique =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dastan Zelgadis - Semi démon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dastan Zelgadis - Semi démon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Semi marathon Chelles
» Couplage (ou semi-fusion c'est au choix)
» Jeu en semi-aveugle!
» Semi-éclipse solaire pour demain !
» Semi Marathon Nogent 300308

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaizokuban :: ※Le Début Et L'Univers [HRP~RP]※ :: Présentations :: Fiches Validées-
Sauter vers: